5 à 7 Carrières en Études québécoises: L’université… et après?

0
979
Yannick Gendron et Marie-Line Audet sont venus parler de leurs parcours respectifs après leur passage à la maîtrise à l’UQTR. Photo : Marie Labrousse.
Yannick Gendron et Marie-Line Audet sont venus parler de leurs parcours respectifs après leur passage à la maîtrise à l’UQTR. Photo : Marie Labrousse.

L’Association des étudiants en études québécoises (AEEQ) de l’Université de Québec à Trois-Rivières (UQTR) a organisé le lundi 21 novembre dernier un 5 à 7 Carrières en Études québécoises. À cette occasion, deux anciens étudiants de ce cursus sont venus parler des expériences professionnelles qu’ils ont vécues après l’obtention de leur diplôme.

Une quinzaine de personnes environ étaient réunies au local 3104 du pavillon Ringuet pour écouter autour d’une table ronde Marie-Line Audet, directrice du Centre de développement communautaire de la municipalité régionale de comté (MRC) de Bécancour, ainsi que Yannick Gendron, historien public et conseiller en développement culturel au ministère de la Culture et des Communications. Tous deux sont titulaires d’une maîtrise en études québécoises.

Tour à tour, les deux invités ont évoqué leur parcours académique, leurs activités parascolaires et leur parcours professionnel depuis l’obtention de leur diplôme. Chacun d’eux avoue avoir emprunté des chemins qu’ils n’avaient pas prévus. «Si on m’avait dit il y a dix ans que je serais directrice d’un centre de développement communautaire, je ne l’aurais pas cru», confie Marie-Line Audet. «À l’époque, je ne savais même pas que ça existait!» De son côté, Yannick Gendron explique: «J’ai laissé de côté ma thèse, pour avoir plus de temps à consacrer à ma famille. On rencontre toujours des imprévus…»

«L’important, c’est de se démarquer!» —Marie-Line Audet.

Ils tiennent néanmoins à conforter les étudiants à propos de leurs compétences. «En tant qu’historiens, vous n’allez pas acquérir seulement des connaissances, mais aussi un esprit de synthèse, une bonne capacité de recherche, qui vous seront très utiles dans vos métiers futurs», affirme Yannick Gendron. Marie-Line Audet renchérit: «L’important, c’est de se démarquer! S’impliquer en dehors de l’école, comprendre l’importance des enjeux sociaux…»

Une période de questions a suivi, pendant laquelle les personnes présentes ont pu continuer à échanger avec les deux intervenants, dans une ambiance conviviale. Très satisfaite de ce rendez-vous, l’AEEQ songe à réorganiser un événement de ce genre l’hiver prochain.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here