Patriotes Soccer: Place aux choses sérieuses

0
23
L'équipe féminine est soudée après une bonne saison. Photo: Étienne Lebel-Michaud
L’équipe féminine est soudée après une bonne saison. Photo: Étienne Lebel-Michaud

La saison hivernale de soccer est maintenant terminée pour les Patriotes. Pour la conclure, nos équipes affrontaient le 12 mars les Redmen de l’Université McGill au Complexe Sportif Alphonse-Desjardins de Trois-Rivières.

Les dames s’exécutent d’abord. Pour les Trifluviennes, une défaite est à proscrire, car cela pourrait les faire chuter au sixième rang du classement général, advenant une victoire de l’Université Concordia, disputé en simultané.

Le match est marqué par un début lent et stratégique de la part des deux équipes, avec un avantage pour McGill au niveau de la possession en début de demie. Très peu de risques sont encourus de part et d’autre.

Les Patriotes gagnent en confiance alors que le temps avance, ce qui se reflète également sur leur temps de possession. Après une période sans trop d’histoire, la capitaine Jessica Desjardins ouvre finalement la marque à la 38e minute de jeu. McGill reprend cependant du poil de la bête suite à ce but, et réussit à niveler la marque pendant les arrêts de jeu du premier 45 minutes.

La demie suivante est pratiquement identique à la première, moins les buts. McGill commence plus fort mais se voit rapidement rattrapé puis dépassé par l’UQTR au niveau de la possession. Les véritables chances offensives se font toutefois encore rare de chaque côté, et le match se termine par la marque de 1-1.

Après avoir terminé dernières à l’automne, le bilan de 2-3-2 qui les place en cinquième position est pour les Patriotes «très satisfaisant», aux dires de l’entraineur Durnick Jean. Ce classement leur permet d’affronter Sherbrooke, qui a terminé quatrième, en quarts de finale. La rencontre des deux équipes s’était soldée par une nulle cette saison. «Ce match va être très bon pour [nos joueuses], affirme l’entraineur. C’est un match qui va être intense, mais accessible».

La partie masculine commence avec un avantage pour l’équipe hôtesse sur le plan de la possession. Tout comme leurs homologues féminines, les Patriotes prennent peu de risques inutiles, ramenant souvent le ballon jusqu’au gardien Dominic Provost afin d’obtenir une meilleure relance, bien qu’en une occasion un lob un peu trop fort donne la frousse aux partisans. Plus de peur que de mal alors que le cerbère récupère habilement.

Félix Bouchard ouvre finalement la marque pour les locaux en complétant un superbe effort collectif. Guy Alain Fahé frappe ensuite à la porte mais sa lourde balle touche la tige horizontale. Malgré une forte domination de l’UQTR, McGill réussit cependant à créer l’égalité avec peu de temps à faire en première demie, sur une rare chance de marquer.

L’attaque de l’équipe masculine a marqué 20 buts en sept matchs.

La deuxième demie voit les esprits s’échauffer. Non pas entre les joueurs des différentes équipes, mais entre l’ensemble des joueurs sur le terrain et le coloré arbitre en chef. Si plusieurs cartons jaunes sont décernés davantage pour des paroles que pour des gestes, aucune expulsion n’en résulte.

Après quelques minutes de contrôle et une échappée ratée par les Redmen, les Patriotes reprennent leur domination. À dix minutes de la fin, William Moss marque pour reprendre l’avance. Billal Qsiyer en rajoute avec une minute à faire sur un tir de pénalité, et nos hommes l’emportent 3-1.

Une belle façon de terminer la saison pour cette très jeune équipe qui termine au quatrième rang de la ligue. Avec 20 buts en sept matchs, un fait rare dans cette ligue, et une défensive en constante amélioration, les Patriotes doivent d’abord vaincre Concordia sur le chemin de la finale. Une équipe que l’UQTR a battue en début de saison. «Il ne faut pas les prendre à la légère, affirme l’entraineur Roch Goyette. Ce sera mon rôle de m’assurer que nous restons concentrés».

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE