Soirée d’improvisation à l’orgue: Match hors du commun organisé par Pro-Organo

0
80
L’équipe des Or en pleine improvisation. Photo: Marianne Chartier-Boulanger
L’équipe des Or en pleine improvisation. Photo: Marianne Chartier-Boulanger

Pro Organo Mauricie est un organisme qui a pour mission de promouvoir l’orgue sous différentes facettes, par le biais d’événements et des concerts de qualité. Le match d’improvisation du vendredi 24 février dernier était organisé dans cette optique. Pour une deuxième année consécutive, l’événement a eu un grand succès, grâce à la mise en valeur du talent des virtuoses organistes du Québec.

C’est à la chapelle du Séminaire de Trois-Rivières que s’étaient réunis les adeptes d’orgue de la région. En première partie du match, les spectateurs ont assisté à une prestation d’instruments à cordes par trois étudiantes du Conservatoire de musique de Trois-Rivières, Maude Fréchette au violon, Justine Béliveau au violon alto et Camille Saint-Pierre au violoncelle. La prestation a été à la hauteur de l’événement et d’une qualité professionnelle de la part des jeunes filles.

Comme l’a annoncé l’animateur, cette soirée était un croisement entre l’improvisation, le théâtre et l’orgue. Deux équipes formées d’organistes professionnels se sont affrontées en offrant des prestations musicales d’orgues, inspirées de thèmes et de styles imposés par l’arbitre Raymond Perrin, conseiller artistique de Pro Organo et enseignant au Conservatoire de musique de Trois-Rivières.

L’équipe des Verts était composée de Mélanie Barnay, Ioan Bastarache et Claude Beaudoin. L’équipe des Or était quant à elle formée de Denis Bonenfant, Philippe Bournival et Jocelyn Lafond.

L’animateur était assisté par Gilles Bellemare, qui jouait le rôle d’analyste de la soirée. Musicien, compositeur, professeur et chef d’orchestre, il a été le premier directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

Une équipe était présente à l’avant, à l’orgue numérique, tandis que l’autre était perchée à l’orgue à tuyaux au jubilé. Les improvisateurs ont réussi à faire ressortir les particularités qui distinguent ces deux instruments analogues, par des thèmes parfois loufoques, mais également par des pièces improvisées inspirées de grands personnages qui ont marqué l’histoire de la musique classique.

Les trois musiciennes du Conservatoire de musique de Trois-Rivières: Maude Fréchette au violon, Justine Béliveau au violon alto et Camille Saint-Pierre au violoncelle. Photo: Marianne Chartier-Boulanger
Les trois musiciennes du Conservatoire de musique de Trois-Rivières: Maude Fréchette au violon, Justine Béliveau au violon alto et Camille Saint-Pierre au violoncelle. Photo: Marianne Chartier-Boulanger

L’arbitre et les organistes ont bien fait rire le public sous le thème «La sonnerie du pape François», ou encore avec certains autres qui faisaient appel à des animaux marins, ce qui permettait de faire ressortir les sonorités graves de l’orgue. Nous avons également assisté à des prestations de qualité qui soulignaient les styles de Jean-Sébastien Bach et de Louis Vierne, ou qui évoquaient les valses de Johann Strauss sous des thèmes emblématiques, tel le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Deux improvisations se sont distinguées par l’émotion qu’elles livraient au public. Tout d’abord, celle sous le thème de la cathédrale a permis aux musiciens d’improviser dans leur propre style. Bien entendu, cette improvisation a permis de mettre en évidence l’orgue à tuyaux nouvellement restauré de la chapelle du Séminaire, par l’organiste Jocelyn Lafond. L’autre improvisation touchante était sous le thème de la maison blanche et incarnait des lignes musicales chaotiques qui, comme l’a dit l’analyse, inspiraient un dialogue de sourds, ce qui était tout à fait dans le sujet.

Les joueurs ont réussi à faire ressortir les particularités qui distinguent ces deux instruments analogues, par des thèmes parfois loufoques, mais également par des pièces improvisées inspirées de grands personnages qui ont marqué l’histoire de la musique classique.

Comme l’année dernière, la marque entre les deux équipes a été serrée tout au long du match. La marque finale affichait un pointage nul de 9 à 9. La fin du match a été reçue par de longs applaudissements de la part des spectateurs, qui semblaient réellement avoir apprécié leur soirée teinte de rires et d’écoute.

À ne pas manquer, le prochain événement de Pro-Organo: «L’Orgue au cinéma», au Cinéma Le Tapis Rouge de Trois-Rivières, le 23 avril prochain à 13h30.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE