Championnat provincial de soccer: Des séries enlevantes

0
220
Après une saison d’automne difficile, la formation féminine s’est bien relevée. Photo: Patriotes
Après une saison d’automne difficile, la formation féminine s’est bien relevée. Photo: Patriotes

Les équipes de soccer des Patriotes participaient, au cours des deux dernières fins de semaine, au tournoi de fin de saison du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ). Respectivement cinquièmes et quatrièmes au classement général, les femmes comme les hommes espéraient y connaitre un long parcours.

Première étape: les quarts

En quart de finale, nos représentantes affrontent le Vert et Or de Sherbrooke à Québec. Leur duel cette saison s’étant achevé par un résultat nul de 3-3. Tout est donc possible dans ce match, ce qui motive grandement les Patriotes.

Après une première demie peu mouvementée, Sherbrooke ouvre la marque peu de temps après le refus d’un but de la part des Patriotes. Fouettées, les filles de l’UQTR répliquent avec trois gros buts et passent en demi-finale.

Le quart de finale masculin connait un début très similaire contre Concordia, une équipe que les Patriotes ont vaincue 5-2 en début de saison. On s’étudie sans prendre de risque, et aucun but n’est marqué au cours de la première moitié.

La demi-finale masculine s’est décidée en tirs de pénalité.

La  meilleure machine offensive de la saison régulière se met en branle en deuxième moitié. Billal Qsiyer démontre pourquoi il a été nommé sur la première équipe d’étoile en marquant deux gros buts, donnant une grosse option sur la partie à son équipe. Les Trifluviens resserrent par la suite leur défensive pour s’assurer de garder leur avance. Ils passent en demi-finale sur une victoire par blanchissage de trois buts.

Ne jamais baisser les bras

En demi-finale, la gardienne Joannie Huot et son équipe sont mises à rude épreuve alors qu’elles affrontent le Rouge et Or de l’Université Laval, puissance incontestée avec 32 buts pour et un seul but contre cette saison et championne canadienne. Huot se signale à plusieurs reprises et garde son équipe dans le match. C’est toujours 0-0 à la mi-temps.

Laval revient en force au deuxième acte, avec quatre changements et une énergie renouvelée. L’UQTR tente tant bien que mal de s’accrocher, mais Laval marque finalement à la 62e minute. L’entraineur Durnick Jean tente le tout pour le tout afin de combler l’écart, retirant des joueuses de défense en faveur d’attaquantes. Un risque nécessaire qui tourne cependant mal, alors que Laval profite de la défense réduite pour marquer trois autres buts.

La saison de sa troupe se termine donc ainsi. Jean est néanmoins très satisfait des efforts fournis et de la performance soutenue de ses joueuses face à une telle adversité. Il mentionne surtout la persévérance malgré le manque d’énergie et la défaite imminente en fin de match : «Nos filles n’ont jamais lâché et se sont arraché le cœur pour préserver le score.»

«Nos filles n’ont jamais lâché» ―Durnick Jean

Si près, et pourtant si loin

Du côté des hommes, la demi-finale a quelque chose de familier, alors que les Patriotes affrontent l’équipe qui les a vaincus en finale à la saison d’automne, les Citadins de l’UQAM. Avant le match, l’entraineur Roch Goyette confirme qu’il «s’agit d’un match revanche» pour sa jeune équipe.

Les Patriotes misent sur une équipe très jeune, promettant de belles choses pour le futur. Photo: Patriotes
Les Patriotes misent sur une équipe très jeune, promettant de belles choses pour le futur. Photo: Patriotes

Celle-ci fait d’ailleurs très bien, menant le jeu pour la majeure partie de la rencontre contre des adversaires beaucoup plus expérimentés. L’UQAM peut cependant profiter d’un tir de pénalité à la 7e minute et capitalise sur cette chance. Tout un défi attend le onze de la Mauricie afin de revenir de l’arrière en deuxième demie.

Félix Bouchard, sur une magnifique montée, comble l’écart et redonne espoir aux siens de vaincre leurs rivaux et d’accéder à la finale. Le temps réglementaire ne voit aucun autre but, tout comme les deux prolongations de 15 minutes. Il faut donc passer aux tirs de pénalité. Malheureusement, l’issue de cette rencontre épique glisse entre les mains de nos joueurs, et leur parcours se termine lui aussi en demi-finale.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE