Exposition au Centre de diffusion Presse Papier: Le retour des oies blanches

0
214
La bande d’images qui ceinture la galerie rappelle une pellicule photo et invite au balayage cinématographique. Photo: Marie-Christine Perras
La bande d’images qui ceinture la galerie rappelle une pellicule photo et invite au balayage cinématographique. Photo: Marie-Christine Perras

Le printemps débarque au centre de diffusion Presse Papier avec la douce exposition Travelling de la Belge Claire Hilgers. Bien que les sources premières des sérigraphies présentées n’aient pas été pensées de la sorte, elles évoquent le retour des oiseaux migrateurs et le temps des sucres. L’artiste de l’estampe est de passage en résidence à l’atelier pour une bonne partie de la durée de l’exposition.

Une quinzaine de cadres rectangulaires ceinturent l’espace galerie, avec en leur centre une fine bande d’images. Évoquant une pellicule photo, cette disposition oblige l’œil du spectateur à se faufiler circulairement dans la danse des couleurs apaisantes. Ce mouvement de travelling (balayage cinématographique) fait en sorte qu’il bruine des parcelles de formes, de lignes et de couleurs.

Claire Hilgers travaille à partir de photographies de la nature qu’elle trame sur l’ordinateur pour les rendre disponibles à la sérigraphie. Bien que ce travail de pochoir permette une multiplicité des œuvres, l’artiste se plaît à utiliser des couleurs et des papiers variés, afin de ne jamais créer deux fois la même proposition. Hilgers commence par des tirages grand format pour en découper des bandelettes. Cette déconstruction volontaire façonne ensuite de nouvelles œuvres qui ont une narration différente.

Dans cette exposition, Hilgers partage des bribes de ses passages dans la capitale mondiale de la poésie, ces mêmes bouts de pays qu’elle transporte outre-Atlantique.

Claire Hilgers en est à sa deuxième résidence à l’Atelier Presse Papier, où elle en profite pour aller explorer la ville de poésie qui l’accueille. Photo: Marie-Christine Perras
Claire Hilgers en est à sa deuxième résidence à l’Atelier Presse Papier, où elle en profite pour aller explorer la ville de poésie qui l’accueille. Photo: Marie-Christine Perras

Charmée par la poésie placardée sur les murs de Trois-Rivières, Claire Hilgers intègre des phrases à certaines de ses œuvres. À la manière des vers épars qui enrubanne la ville, elle rend hommage à ce lieu d’accueil qui la dépayse de sa Belgique natale. Dans cette exposition, elle partage des bribes de ses passages dans la capitale mondiale de la poésie, ces mêmes bouts de pays qu’elle transporte outre-Atlantique.

Cité dans l’exposition, le poète Bruno Geneste résume bien le mouvement de l’exposition: «Parfois nos yeux s’égarent à regarder le ciel». Les yeux volages du spectateur, quant à eux, se baladent agréablement sur le sentier printanier de Claire Hilgers. L’exposition Travelling est présentée jusqu’au 30 avril prochain.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE