Tribune libre de l’AGE UQTR: En savoir plus sur les associations nationales étudiantes au Québec

0
171
Nicolas Lavallée, président de l’UEQ; Samuel Plante, vice-président aux affaires sociopolitiques de l’AGE UQTR; Christopher Gyorffy, coordonnateur de l’AVEQ. Photo: Marie Labrousse.
Nicolas Lavallée, président de l’UEQ; Samuel Plante, vice-président aux affaires sociopolitiques de l’AGE UQTR; Christopher Gyorffy, coordonnateur de l’AVEQ. Photo: Marie Labrousse.

Le lundi 27 mars dernier avait lieu une Tribune libre de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) organisée par Samuel Plante, vice-président aux affaires sociopolitiques, sur les associations nationales étudiantes au Québec.

Pour l’occasion, Nicolas Lavallée, président de l’Union étudiante du Québec (UEQ) et Christopher Gyorffy, responsable à la coordination générale de l’Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ) ont tour à tour présenté leurs associations respectives, les campagnes et projets actuellement menés par l’UEQ et par l’AVEQ, ainsi que les positions tenues par ces associations sur divers thèmes et enjeux, avant de répondre aux questions de la dizaine de participants présents pour l’occasion.

L’UEQ et l’AVEQ ont été créées en 2015, à la suite du démantèlement de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Chacune d’elles a pour mission de défendre les intérêts de ses membres. Les enjeux rencontrés par l’UEQ et l’AVEQ sont relativement similaires, chacune se prononçant pour la création d’un Conseil des universités et la compensation des stages en éducation, et menant une campagne de prévention contre les agressions sexuelles. Les difficultés vécues par les étudiants internationaux ont également été évoquées, notamment les frais de scolarité et les problèmes d’accès aux soins de santé. L’AVEQ a également abordé le sujet de la santé mentale des étudiants, et l’UEQ le financement des études et de la recherche.

L’AG de septembre dernier a donné pour mandat à l’AGE UQTR d’informer les étudiants sur les associations nationales.

L’animateur de la rencontre, Frédéric Farid Borel a ensuite interrogé les intervenants sur des sujets tels que la place des associations en région, l’importance du réseau de l’Université du Québec (UQ) dans le système universitaire québécois, et la communication des associations nationales avec ses membres. L’enjeu dégagé était la façon d’éviter une hégémonie comme celle de la FEUQ ou un «montréalocentrisme», l’accessibilité aux études ne dépendant pas seulement de critères financiers.

Cette Tribune libre s’inscrit dans le cadre du mandat donné à l’AGE UQTR durant l’assemblée générale de l’automne dernier, à savoir d’informer les étudiants de manière neutre sur les associations nationales avant de s’affilier à l’une d’elles. Pour rappel, le référendum pour l’affiliation de l’AGE UQTR à l’AVEQ, en avril 2016, n’avait pas obtenu suffisamment de participation.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE