C.A. de l’AGE UQTR: Fin et début de mandats difficiles

0
549

Le dimanche 2 avril dernier avait lieu la 408e réunion du conseil d’administration de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR). Il a été notamment question d’une motion de blâme post-mandat, d’une discussion sur l’entérinement de la nouvelle présidente de l’association, et d’un bilan mitigé à propos de la dernière assemblée générale spéciale (AGS).

Motion de blâme post-manage-uqtr-logodat

Le Comité d’évaluation des rapports des officiers (CÉRO) a proposé d’adopter une motion de blâme post-mandat à l’encontre de l’ancien vice-président aux finances et développement, Justin Barrette, qui a démissionné le 30 novembre dernier. En effet, selon le CÉRO, le rapport de fin de mandat de l’ancien vice-président était incomplet et a dû être renvoyé plusieurs fois, ce qui explique qu’il soit évalué aussi tardivement après la démission de l’officier. Par ailleurs, plusieurs manquements ont été constatés dans certains dossiers, dont un cafouillage entre le C.A. de l’AGE UQTR, le vice-président aux finances et développement et la gérance de la Chasse Galerie. La motion de blâme a été adoptée à majorité au moyen d’un vote secret.

Controverse sur la nouvelle présidence du CX

Le C.A. a procédé à l’entérinement du nouveau comité exécutif (CX) pour l’année 2017-2018, conformément aux résultats des élections générales, dévoilés le vendredi 31 mars dernier. Certains administrateurs ont exprimé une objection à entériner la nouvelle présidente, Solange Lapierre, en faisant notamment valoir qu’elle n’avait été élue qu’à 65% des 6,6% de participation étudiante, et au motif de certaines faiblesses dans son actuel mandat de vice-présidente aux affaires socioculturelles.

La question du quorum lors des assemblées de l’AGE UQTR a suscité de vives discussions.

D’autres administrateurs ont au contraire appuyé l’entérinement en mettant en avant le fait que les postes de présidente et de vice-présidente aux affaires socioculturelles sont deux réalités différentes, et que refuser d’entériner un officier démocratiquement élu serait un manquement grave aux étudiants qui se sont donné la peine de voter. La seule raison pour laquelle le C.A. pourrait invalider l’élection d’un officier serait un crime commis par ce dernier, au sens pénal du terme. Le C.A. a finalement entériné la nouvelle présidente au moyen d’un vote secret. Neuf administrateurs se sont abstenus sur ce vote.

Un nouveau V.-P. finances et développement

Par ailleurs, après avoir reçu une candidature, le C.A. a procédé à l’élection d’un nouveau vice-président aux finances et développement. C’est Frédéric Thibault, étudiant au département des sciences comptables et responsable du comité des commandites pour le Carnaval UQTR 2017, qui assurera ce poste pour l’année 2017-2018. Il a été entériné par le C.A. en même temps que les autres membres du nouveau CX, ce qui porte la nouvelle équipe à huit membres au total. Le poste de vice-président(e) aux affaires académiques de premier cycle est toujours vacant.

Retour sur l’AG du 29 mars

Plusieurs administrateurs et étudiants ayant participé à l’AGS du 29 mars dernier ont rédigé une lettre qu’ils ont fait parvenir au C.A, dans laquelle ils expriment un malaise vis-à-vis du déroulement de l’assemblée. Selon cette lettre, beaucoup d’étudiants ne se sentaient pas à leur place, d’abord parce que le président d’assemblée expliquait peu ou mal les procédures, ensuite parce que les officiers semblaient monopoliser le débat et laisser peu la parole aux étudiants. Cela reflète apparemment un problème récurrent à l’AGE UQTR, qui peine depuis quelques années à mobiliser ses étudiants (le quorum a été péniblement atteint au cours des deux AG d’hiver) et se retrouve ainsi engagé dans un cercle vicieux difficile à briser.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE