Paiement des frais de session: Du remous chez les étudiants.es

0
2899
Marie Labrousse. Photo: Mathieu Plante
Marie Labrousse, journaliste. Photo: Mathieu Plante

Depuis le mardi 5 septembre dernier, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) n’accepte plus les paiements par carte de crédit pour régler les frais de scolarité, que ce soit depuis le portail étudiant ou en personne au Centre de ressources multiservice (CRMS).

Cette décision, prise par le conseil d’administration (C.A.) de l’UQTR en juin dernier, permettrait de faire économiser à l’université les frais de gestion des cartes de crédit. Le manque à gagner pour l’UQTR s’élèverait à 450 000 dollars par an. Elle s’alignerait ainsi sur les politiques de plusieurs autres universités, comme l’Université du Québec à Montréal (UQAM), qui n’accepte plus les paiements par cartes de crédit depuis juillet 2015.

Du côté des étudiants, la situation s’avère problématique. «Je trouve ça complètement absurde», affirme Geneviève. «Sur les prêts et bourses, on n’a pas les moyens de payer tout ça d’un coup!» Jacynthe ajoute de son côté: «Personnellement, je ne pourrai pas payer ma session d’hiver si le crédit n’est pas accepté. Je ne suis pas admise aux prêts et bourses, donc je me débrouille seule pour payer mes études.» Cette situation pourrait remettre en cause son inscription à l’université : «J’avoue être ambivalente à commencer ma session sachant que je n’ai pas les moyens actuellement de financer la prochaine sans crédit.»

Les étudiants déplorent tout particulièrement le fait de ne pas avoir été prévenus avant la coupure effective de ce service, ce qui aurait pu leur permettre de s’organiser en conséquence. Un certain nombre d’étudiants ne seront pas en mesure de régler leurs frais de scolarité à temps, et s’exposent donc à des frais de retard supplémentaires. «Je n’aurais eu aucun problème à payer avant la limite avec la carte de crédit, mais je vais devoir attendre ma prochaine paye dans quelques jours pour pouvoir acquitter mes frais de scolarité, avec des frais de retard», indique Doomish.

«J’avoue être ambivalente à débuter ma session sachant que je n’ai pas les moyens actuellement de financer la prochaine sans crédit.» ― Jacynthe.

Le bureau du service des finances de l’UQTR indique que les différents moyens de payer les frais de scolarité ont été indiqués par un message sur le portail étudiant le 17 août dernier. Cependant, ce message n’avertit pas explicitement de l’arrêt des paiements par crédit.

Bien que ses positions officielles ne soient pas en faveur de l’usage de ce type de cartes, qui «favorisent l’endettement étudiant», l’AGE UQTR regrette également «une mauvaise communication de la part de l’administration», et souhaiterait que le C.A. de l’UQTR tienne compte aussi de la perspective de la réalité étudiante. L’association étudiante n’a cependant pas de recours face à cette situation, à moins de recevoir un mandat à cet effet lors de la prochaine assemblée générale annuelle (AGA), le 27 septembre prochain.

Nous n’avons pas pu, pour l’instant, rejoindre la direction du service des finances afin de connaître son point de vue sur la question.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE