OFF-Festival de poésie: Une question existentielle littéraire

0
144
Les auteur(e)s Stéphane Larue, Amélie Panneton et Érika Soucy ont discuté d'autocensure et du traitement de la vie personnelle en littérature. Photo: David Ferron
Les auteur(e)s Stéphane Larue, Amélie Panneton et Érika Soucy ont discuté d’autocensure et du traitement de la vie personnelle en littérature. Photo: David Ferron

C’est lors d’un après-midi typiquement automnal que s’est déroulée une table ronde autour de l’influence du vécu dans les œuvres littéraires. Cette rencontre a eu lieu à la librairie L’EXÈDRE de Trois-Rivières dimanche dernier. Les invité(e)s étaient les auteur(e)s Erika Soucy, Amélie Panneton et Stéphane Larue.

Le OFF-Festival de poésie a organisé cet évènement qui tournait autour de la question «Peut-on écrire en s’affranchissant de notre vécu?». Erika Soucy, écrivaine, comédienne et co-directrice artistique du OFF, a publié un recueil de poésie intitulé Les Murailles, inspiré de la vie de son père qui travaillait sur les chantiers de La Romaine. Selon elle, l’utilisation du «je» peut donner de bons indices au sujet de l’influence de vie. Stéphane Larue nuançait ses propos en affirmant que tout dépend du sens que l’auteur apporte à ce «je». Ce dernier est l’auteur de Le plongeur, œuvre s’inspirant de témoignages de vies de milieux urbains nocturnes. Pour Amélie Panneton, originaire de l’Acadie et auteure de Petite laine paru en mars dernier, «Écrire en se basant de son vécu peut être très libérateur».

«Écrire en se basant de son vécu peut être très libérateur.» — Amélie Panneton, auteure

Il a d’ailleurs été question du thème de l’autocensure qu’on peut faire lorsqu’il est question du thème de la famille. «Il ne faut pas!» a lancée Erika Soucy. «Lorsqu’on amène un côté sombre, il est important de montrer le bon côté à ce dernier.» Le choix d’écarter toute censure est celui qu’a adopté de son côté Stéphane Larue: «Censurer, c’est mal travailler une écriture. Tu peux ne pas accorder de la valeur sans t’en rendre compte.»

Le OFF-Festival de poésie de Trois-Rivières a été fondé en 2007 afin de permettre une «tribune pour la poésie émergente et différente» (www.offpoesie.com). Cet événement annuel se tient habituellement en même temps que le Festival international de la poésie de Trois-Rivières.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE