Soirée humoristique: Mike Ward débarque à l’UQTR

0
235

Dans la soirée du 20 septembre dernier était présenté le spectacle de l’humoriste Mike Ward. Dans le cadre d’une collecte de fonds effectuée par l’Association des étudiants en sciences comptables (AESCA), l’humoriste a été invité à présenter son matériel devant une salle comble située au local 1012 du pavillon Nérée-Beauchemin de l’UQTR. De fait, 586 billets ont été vendus pour l’occasion.

Le spectacle a débuté avec une présentation de l’artiste par les principaux organisateurs de la soirée, soit le président de l’association, Jonathan Berniquez-Levesque, la vice-présidente aux évènements, Meggie Vachon, et Philippe Bergeron, le vice-président aux communications. Vers 19h45, l’invité de la soirée entre en scène sous de nombreux applaudissements des spectateurs. Durant le spectacle, le rire est au rendez-vous, puisque le style et les textes de l’artiste provoquent une vague d’applaudissements continue. Devant un public majoritairement composé d’étudiants, Mike Ward s’amuse tout autant que les spectateurs, il adapte notamment son discours et ses répliques en fonction des gens présents dans la salle.

«Moi ce qui me choque c’est quand je vois du monde qui ont besoin d’aide et que personne ne les aide.» — Mike Ward

Au cours du spectacle, Mike Ward discute à sa manière de nombreux sujets de société, tels que le racisme, le féminisme, l’homosexualité et les différences linguistiques et culturelles des francophones et des anglophones du pays. Après avoir présenté près de 90 minutes de matériel, c’est sous les applaudissements chaleureux de la foule que l’humoriste se retire pour revenir sur scène quelques instants plus tard proposer un dernier numéro aux spectateurs.

En entrevue avec Mike Ward

Dans les quelques minutes qui ont suivi la fin du spectacle, Mike Ward a bien voulu rencontrer un représentant du Zone Campus. Durant cet entretien, l’humoriste marque par son humilité et accepte de répondre à de nombreuses questions. Il a été question de la perception face à un auditoire composé essentiellement d’étudiants universitaires. Malgré ces nombreuses années d’expérience, l’humoriste s’avère toujours fébrile et inquiet à l’idée de présenter du matériel devant des étudiants, surtout de nos jours à l’air du «politiquement correct».

Le journal a notamment appris plusieurs informations concernant le parcours universitaire de Mike Ward. Avant de faire carrière en humour, M. Ward avait entrepris un baccalauréat en commerce et marketing à l’université McGill. Dans son parcours, il effectue un cours de psychologie qui le marque dans sa manière de voir l’humour. En ce sens, Mike Ward affirme qu’il est primordial d’accorder une place importante aux savoirs et à la connaissance dans le métier qu’il pratique. Pour l’humoriste, l’utilisation de moments provenant de sa vie et de ses expériences lui permet de ne pas tomber dans la facilité et l’humour de premier degré.

Durant l’entrevue, Mike Ward dévoile son côté empathique, soulignant la présence d’Alain Gaudet dans la salle. Depuis cinq ans, Mike Ward et plusieurs humoristes québécois effectuent une collecte de fonds afin de subvenir aux besoins de M. Gaudet, souffrant de dystrophie musculaire. Malgré un style d’humour parfois vu comme méchant, l’humoriste souligne l’importance de venir en aide aux personnes dans le besoin. En fin d’entrevue, il a notamment été question de son retour sur scène après quelque temps d’absence et de la joie de se retrouver à nouveau devant un public.

«Si tu parles de choses que tu as vécues et connues ça sonne moins colon, j’aime ça pousser la limite et ça me permet d’aller le plus loin possible sans tomber dans le racisme, la misogynie et l’homophobie.» — M. Ward

Durant le spectacle, Mike Ward a présenté près de 25 minutes de nouveau matériel, afin d’être en mesure de produire un spectacle complet d’ici quelques mois. Finalement, il a été question de ses projets futurs concernant la télévision. Cependant, les amateurs de l’artiste devront attendre un certain temps, puisqu’il désire consacrer toute son énergie à l’écriture d’un nouveau spectacle, ainsi qu’à la diffusion de son «podcast» Mike Ward Sous Écoute.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE