Zébulon au Gambrinus: Fidèle à lui-même!

0
103
Zébulon au Gambrinus. De gauche à droite, Marc Déry (voix principale, basse, guitare), Yves Marchand (piano, synthétiseur, mélodica, harmonica, percussions, voix), Yves Déry (guitare, flûte, voix) et Alain Quirion (percussions, voix). Photo: Marc-André Arsenault.
Zébulon au Gambrinus. De gauche à droite, Marc Déry (voix principale, basse, guitare), Yves Marchand (piano, synthétiseur, mélodica, harmonica, percussions, voix), Yves Déry (guitare, flûte, voix) et Alain Quirion (percussions, voix). Photo: Marc-André Arsenault.

La formation Zébulon était de passage au Gambrinus de Trois-Rivières le mardi 7 novembre dernier pour présenter son spectacle sous une formule acoustique. Un incontournable pour les fans du groupe ou les nostalgiques de la pop-radio des années 90.  

Ambiance «zébulienne»

Dans un Gambrinus bondé, le groupe a su transmettre aux spectateurs l’énergie de sa chimie de spectacle; les accents rythmiques dans les arrangements musicaux, la complicité des musiciens, et le grain de leurs voix lorsqu’elles se retrouvent mixées dans des harmonies, simples, mais au combien efficace et travaillées, font l’identité sonore du groupe Zébulon.

Le groupe a d’abord débuté son spectacle avec l’un de ses plus grands succès radio, «Mars ou Vénus», se retrouvant sur le plus récent album de la formation, Retour sur Mars, paru il y a déjà presque dix ans. Parmi les autres succès, on pouvait reconnaitre Y’a du monde qui s’aime, Sofa et Marie-Louise. Un peu plus tard en soirée, le groupe s’est permis de «casser» quelques nouvelles chansons: le public a eu le privilège d’entendre, pour la toute première fois, Le costume de Peter Pan ainsi qu’une chanson sympathique dont le refrain rythmique commence par une assonance: «Assis à terre, à Seattle, pleurant la mort de Kurt Cobain (…)».

Zébulon, en deux actes

La formation voit officiellement le jour au début des années 90, mais la toute première étincelle sera allumée dans les années 80 où les frères Déry (Marc et Yves) s’adonnent à jouer quelques airs et chansons connues pour le plaisir. Le percussionniste Alain Quirion se greffera à leurs rencontres musicales, mais ce ne sera qu’en 1991 qu’ils entreprendront officiellement un projet de groupe. Yves Marchand se joindra au trio; Zébulon est né.

«Assis à terre, à Seattle, pleurant la mort de Kurt Cobain (…)» —Marc Déry

Le groupe lance son premier album éponyme en 1993 et le second en 1996, intitulé L’œil du Zig. Il remportera le Félix «Découverte de l’année» (désormais «Révélation de l’année») au Gala de l’ADISQ en 1994. Les membres se séparent en 1997 dans le but de réaliser des projets personnels. Ils reviennent en force en 2007 et lancent leur troisième album l’année suivante.

 

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE