ASTRE UQTR – AFPC: Période d’ajustements et d’adaptation

0
317
Marianne Chiasson-Roussel, vice-présidente à la communication et à la mobilisation de l’ASTRE UQTR – AFPC. Photo: Alexandre Brouillard
Marianne Chiasson-Roussel, vice-présidente à la communication et à la mobilisation de l’ASTRE UQTR – AFPC. Photo: Alexandre Brouillard

L’Association syndicale des travailleurs étudiants et travailleuses étudiantes de l’Université du Québec à Trois-Rivières – AFPC (ASTRE UQTR – AFPC) est entrée dans une nouvelle ère à la suite de la ratification, en mars 2017, de la plus récente convention collective. Maintenant, de nouveaux défis se présentent au syndicat.

Le 14 mars dernier a eu lieu une assemblée de ratification de l’entente de principe, durant laquelle les clauses de la nouvelle convention collective négociée entre le syndicat et l’UQTR ont été adoptées. Hausse du salaire minimum pour les étudiants.es travailleurs.ses et indemnités passant de huit à 12 semaines pour les congés de maternité ne sont que quelques exemples des gains obtenus lors de cette assemblée.

Depuis le printemps dernier, le syndicat a retardé à deux reprises son assemblée générale prévue pour l’été, pour des raisons de règlementation. Elle s’est finalement déroulée au début de la session d’automne, soit au cours du mois de septembre.

Selon Mariane Chiasson-Roussel, vice-présidente aux communications et à la mobilisation pour le syndicat, une période d’ajustement était nécessaire après la signature de la convention collective et face au remaniement du conseil exécutif. Celui-ci est désormais complet, ce qui permet de rendre des services beaucoup plus efficaces à l’ensemble de la population étudiante de l’UQTR. Pour l’instant, le syndicat s’attarde à reprendre les opérations régulières telles que les services dédiés à l’ensemble des membres, et à relancer le comité de relations de travail.

Le conseil exécutif est désormais complet, ce qui leur permet de rendre des services beaucoup plus efficaces à l’ensemble de la population étudiante de l’UQTR.

Leurs objectifs

Lors des prochaines semaines, le syndicat cherche la mobilisation en rejoignant l’ensemble de ses membres, autant les anciens.ennes que les nouveaux.elles, pour maintenir un suivi de ses activités et s’assurer que les attentes soient comblées.

Madame Chiasson-Roussel précise que le syndicat n’existe pas seulement pour défendre et promouvoir les intérêts de ses membres. En effet, l’instance syndicale désire également mettre sur pied diverses activités, dans l’optique de faire connaitre davantage l’ASTRE UQTR – AFPC aux étudiants.es de l’UQTR.

De plus, le syndicat a l’ambition de conserver de bonnes relations avec les autres instances de l’université: c’est pourquoi les membres participent aux activités organisées par les autres organisations scolaires, telles que l’Association générale des étudiants de l’UQTR (AGE UQTR).

Un conseil exécutif remanié

L’arrivée de nouveaux membres sur le conseil entraine cette mise à niveau qui semble au cœur des préoccupations. C’est pourquoi Joël Tremblay, ancien vice-président aux communications, occupe maintenant le poste de président du syndicat. Ses nouvelles fonctions lui permettent de bien encadrer les nouveaux.elles
adhérents.es. Néanmoins, un jeune conseil exécutif n’est pas synonyme d’inexpérience. En effet, les nouveaux membres possèdent des atouts pertinents et leurs différents parcours scolaires sont des ressources majeures pour un conseil qui désire rejoindre davantage d’étudiants.es.

Une période d’ajustement était nécessaire après la signature de  la convention collective et face au remaniement du conseil exécutif.

Le conseil exécutif se compose de Mariane Chiasson-Roussel, étudiante à la maîtrise en éducation, vice-présidente aux communications et à la mobilisation, de Marika Payette, étudiante au département des sciences de l’activité physique, au poste de secrétaire; le poste de vice-président aux relations de travail est occupé par Codjo Sabin Afouda, étudiant au doctorat au sein du département de marketing et systèmes d’informations, et finalement Joseph Thierry Eyebe Eyebe occupe le poste de trésorier, tout en étudiant au baccalauréat en sciences comptables.

En somme, pour la porte-parole de l’ASTRE UQTR – AFPC, malgré une période d’ajustement obligatoire, due au renouvèlement des membres, l’ensemble des activités avec une dizaine de comités et les relations avec les différentes instances de l’université se portent bien. Tout comme son prédécesseur l’a fait avant elle, madame Chiasson-Roussel invite à la mobilisation lors des activités organisées par le syndicat ainsi que par les autres organismes.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE