Activités politiques de l’AGE UQTR: Une association à l’affût

0
813
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg
Alex Marchand, Président de l'AGE UQTR; Anthony Morin, président de l'Association des étudiants en sexologie; Morgane Perruzzo, Technicienne en gestion des ressources humaines de l'UQTR; Hélène David, ministre responsable de l'enseignement supérieure; Ann-Julie Durocher, Coordonatrice du groupe action femme de l'UQTR; Carol-Ann Hobbs, membre du groupe action femme de l'UQTR; Caroline Prudhomme, directrice adjointe du service aux étudiants. Photo : Gracieuseté
Alex Marchand, Président de l’AGE UQTR; Anthony Morin, président de l’Association des étudiants en sexologie; Morgane Perruzzo, Technicienne en gestion des ressources humaines de l’UQTR; Hélène David, ministre responsable de l’enseignement supérieure; Ann-Julie Durocher, Coordonatrice du groupe action femme de l’UQTR; Carol-Ann Hobbs, membre du groupe action femme de l’UQTR; Caroline Prudhomme, directrice adjointe du service aux étudiants. Photo: Gracieuseté

L’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) s’est montrée, durant la dernière semaine, active dans les actions de représentations à l’extérieur du campus. Trois exemples en témoignent.

Visite de Carlos Leitão

Le 3 février dernier, le ministre des Finances au provincial Carlos Leitão a offert un discours devant une quarantaine d’étudiants en administration et en comptabilité. La rencontre portait surtout sur les entreprises, l’avenir professionnel et les questions fiscales. L’AGE UQTR a bien essayé de profiter de la présence du ministre pour lui demander si bonifier l’offre aux organismes subventionnaires provinciaux  contribuerait davantage à l’innovation. Monsieur Leitão n’aurait pas répondu à la question, selon Alex Marchand, président de l’association étudiante. Ce dernier stipule également qu’il n’a pu s’entretenir, faute de temps, avec le conférencier-invité de diverses questions, dont celle de la rémunération des stages pour les étudiants en enseignement.

Congrès jeunesse du PQ

Selon A. Marchand, la dynamique de tension lors du Congrès national des jeunes du Parti Québécois (PQ) les 18 et 19 février derniers était peu propice aux revendications. Samuel Plante, vice-président aux affaires socio-politiques de l’AGE UQTR et Marchand ont pu toutefois créer un réseau avec le parti de l’opposition à l’Assemblée nationale, ce qui peut être utile lors de l’avancement de certains dossiers et revendications.

Au cours de l’été dernier, la présence de l’association étudiante à l’occasion de réunion de partis politiques a provoqué des inquiétudes au sein d’une partie de la population étudiante. Toutefois, selon son président, les appréhensions semblent s’être estompées. De plus, lors de tels évènements, le conseil exécutif (CX) évite d’envoyer un seul membre, pour empêcher que ce dernier n’en profite pour satisfaire ses intérêts.

Que ce soit au sein du Parti Québécois ou du Parti Libéral du Québec, l’AGE UQTR se montre active afin de faire avancer des dossiers.

Discussion à Sherbrooke sur les violences sexuelles

Le 21 février dernier avait lieu à l’Université Sherbrooke une Journée de réfléxion contre les violences sexuelles, initiée par le ministère de l’Éducation et de l’enseignement supérieur. Lors de cette journée, la délégation représentant l’UQTR était formée de: Alex Marchand pour l’AGE UQTR; Anthony Morin, président de l’Association des étudiants en sexologie; Morgane Perruzzo, technicienne en gestion des ressources humaines; Ann-Julie Durocher, coordonnatrice, et Carol-Ann Hobbs du Groupe d’Actions Femmes; Caroline Prud’homme, directrice adjointe du service aux étudiants. La délégation a alors pu soumettre à la ministre Hélène David un mémoire qu’elle a préparé, avec le Service de protection publique de l’université.

L’une des revendications est le déblocage par Québec de fonds, afin de permettre l’ouverture d’un guichet central pour traiter le cas de violences sexuelles au sein de l’Université. L’aide du gouvernement s’avère essentielle, dans la mesure où l’UQTR est présentement en pleine restructuration budgétaire.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here