Assemblée générale extraordinaire de l’AGE UQTR: Qui part à la Chasse…

0
805
Des étudiant.e.s en période de vote lors de l’AGA extraordinaire de l’AGE UQTR, le 13 février 2018. Photo: Marie Labrousse
Des étudiant.e.s en période de vote lors de l’AGA extraordinaire de l’AGE UQTR, le 13 février 2018. Photo: Marie Labrousse

L’assemblée générale (AG) extraordinaire de l’Association générale des étudiant.e.s de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) s’est déroulée le 13 février dernier au local 1012 du Pavillon de la Vie Étudiante. 

Qui part à la Chasse…

Une bonne partie de la séance a été consacrée au cas de l’évolution du statut juridique de la Chasse Galerie. Me Philippe Gabias, membre du cabinet Joli-cœur Lacasse Avocats, a réitéré la présentation de son avis juridique devant le conseil d’administration (C.A.) de l’AGE UQTR du 21 janvier dernier.

Pour rappel, le statut légal de la Chasse Galerie a dû être modifié à la suite de la découverte d’une incompatibilité vis-à-vis de la réglementation de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). Pour remédier à cette problématique, les derniers conseils d’administration ont décidé de muer le bistro-bar en société privée à actionnaire unique; ce dernier nommant un conseil d’administration de la Chasse Galerie, désormais responsable de la gestion quotidienne.

Des critiques se sont fait entendre sur le manque de transparence du processus et sur la possible perte de pouvoir des étudiant.e.s quant aux orientations de la Chasse Galerie.

Selon Me Gabias, cette décision représenterait une solution optimale conciliant la mission associative du café et ses objectifs économiques. Ce discours n’a pas suffi à faire taire certaines craintes. Des critiques se sont fait entendre sur le manque de transparence du processus ainsi que sur la perte de pouvoir des étudiant.e.s quant aux orientations de la Chasse Galerie. Me Gabias a défendu les équipes gouvernantes de l’AGE UQTR en estimant que plus de transparence n’aurait pas changé grand-chose au résultat final et que le pouvoir des étudiant.e.s était inchangé. La présidente de l’AGE UQTR, Solange Lapierre, a rajouté que les possibilités d’action des étudiant.e.s existent mais sont sous-exploitées du fait du manque d’implication.

Autres points

La suite de l’assemblée a vu le renouvellement de la firme comptable Dessureault CPA et Associées inc. comme vérificatrice financière de l’AGE UQTR.

Deux avis de motions ont été déposés. Le premier pour modifier l’article 3.7 des Statuts et Règlements (SRG) de l’AGE UQTR afin de comptabiliser le présidium d’assemblée dans le quorum et d’ouvrir la réforme des SRG. Cette demande d’ouverture a été rejetée. Le second concerne l’avis de cotisation au programme d’aide psychologique aux étudiants.

Par la suite, il a été voté que l’AGE UQTR réclame un meilleur financement des services psychologiques aux étudiants et la création d’un bureau indépendant pour le traitement des plaintes à caractère sexuel.

L’assemblée a été suspendue après le dépôt du budget 2017-2018 après la perte du quorum.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here