Association générale des étudiants de l’UQTR: Jouer sur tous les fronts

0
441
Le CX de l’AGE UQTR avec le groupe Les Cowboys fringants, à l’occasion du spectacle de la rentrée de septembre. Photo: Gracieuseté.
Le CX de l’AGE UQTR avec le groupe Les Cowboys fringants, à l’occasion du spectacle de la rentrée de septembre. Photo: Gracieuseté.

L’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) se prépare à une année bien remplie. Entre prévention du suicide, campagne «Sans oui, c’est non!», élections municipales ou événements festifs, l’association multiplie les partenariats et entreprend de s’impliquer dans divers domaines touchant les étudiants.es sur le campus, que ce soit sur le plan festif, académique, politique, financier ou psychologique.

Le conseil exécutif (CX) de l’AGE UQTR est actuellement complet depuis le 4 juin dernier, lorsque la vice-présidence aux affaires académiques de premier cycle a finalement été pourvue. Le conseil d’administration (C.A.) de l’association a élu à ce poste Camie Duhamel, étudiante au doctorat clinique en psychologie.

Festivités de rentrée

Le mois de septembre a été bien chargé pour l’AGE UQTR. Au cours des premiers jours de la session d’automne, l’association a organisé des tournées pour aller à la rencontre des nouveaux.elles étudiants.es et faire la promotion de ses activités. On peut notamment citer le spectacle de la rentrée, organisé avec le Groupe des médias étudiants de l’UQTR (GME UQTR), qui a eu un succès notoire auprès de la communauté universitaire.

Le pavillon de la vie étudiante (PaVÉ) a également ouvert ses portes aux étudiants.es durant le mois de septembre en même temps qu’un barbecue était organisé à cette occasion, en collaboration avec le Bureau de l’International et du Recrutement (BIR) et le Bureau des diplômés.

Implication politique

Sur le plan politique, l’association est également active. Elle a un double mandat de représentation, à titre d’observateur, auprès de deux associations étudiantes nationales, l’Union étudiante du Québec (UEQ) et l’Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ). Une affiliation à l’une ou l’autre de ces associations n’est toutefois pas à l’ordre du jour pour le moment.

De plus, à l’approche des élections municipales du mois de novembre, l’AGE UQTR a prévu de communiquer un manifeste présentant les enjeux pour la communauté universitaire. L’université étant en effet un point majeur de la ville de Trois-Rivières, l’association organise également un débat entre les candidats le 11 octobre au 1012 Nérée-Beauchemin, pour que les étudiants.es puissent leur poser des questions sur leur vision globale pour la ville ou sur des enjeux spécifiques (par exemple, les transports en commun ou la sécurisation de la piste cyclable sur le campus).

À l’approche des élections municipales du mois de novembre, l’AGE UQTR a prévu d’organiser un débat entre les candidats.

Soutien aux étudiants.es

L’AGE UQTR s’efforce également d’offrir du soutien aux étudiants.es en situation de détresse psychologique. Pour cela, elle travaille en collaboration avec les Services aux étudiants (SAE). L’activité Colore ta course, initiée par la vice-présidente aux affaires socioculturelles, Amélie Trottier-Lacombe, devrait permettre d’amasser des fonds destinés à l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) et au Centre prévention suicide les Deux Rives, en plus de rendre visible cette problématique.

L’association continue à lutter contre les violences sexuelles et à sensibiliser au consentement.

Par ailleurs, l’AGE UQTR continue également à lutter contre les violences sexuelles et à sensibiliser au consentement, en participant cette année encore à la campagne de prévention «Sans oui, c’est non!» Pour cela, l’association coopère non seulement avec les SAE, mais aussi avec le Groupe Actions Femmes (GAF) et l’Association des étudiants en sexologie (AES).

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here