Carnaval étudiant 2018: Les joies de l’hiver à l’UQTR

0
644
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg

La trentième édition du Carnaval étudiant de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) s’est tenue du 22 au 25 janvier dernier sur le campus. Le concept de cette année avait pour nom «Retour vers le Carnaval». Votre journal étudiant Zone Campus vous propose un retour sur cette semaine ainsi qu’une rencontre de certain.e.s acteur.ice.s de l’organisation. 

Jour 1

Le lundi 22 janvier, des étudiant.e.s des 32 associations de l’université sont prêt.e.s  à surmonter les différentes épreuves du Carnaval étudiant, et ce, durant les trois jours suivants. Le tout a commencé avec le défilé «88 miles à l’heure» des associations étudiantes sur le campus. Ce défilé était sous le thème de «Woodstock en Beauce».

L’Association des étudiants en sciences chimie et physique (AESCP), les étudiant.e.s du baccalauréat en enseignement du secondaire (BES), l’Association des étudiants en lettres et linguistiques (AELL) sont arrivés à égalité pour cette épreuve avec un pointage de 100. L’AESCP a également remporté l’épreuve de Trollball qui a débuté pendant l’heure du diner.

En après-midi, un jeu-questionnaire s’est déroulé du côté du bistro-bar Chasse Galerie. L’Association générale des étudiants de l’UQTR (AGE UQTR) a récolté 110 points, gagnant ainsi la catégorie. Le thème de l’humour était bien à l’honneur en soirée; l’AGE UQTR a remporté «1 joke, 1 bière», et la journée s’est clôturée avec les spectacles d’Alex Douville et de Maxim Martin.

Jour 2

Le lendemain, Dame nature faisait des siennes, touchant ainsi les activités de sculptures, «L’Ère de glace» (remportée par l’AESCP), et les spectacles rock de Appetite for Democracy — hommage à Gun n’Roses et de Hells Bells — Hommage à AC/DC en soirée. Ce dernier est venu en renfort pour prendre la case horaire laissée vacante par Dance Laury Dance, qui a dû annuler son concert en début de journée, en raison de la mauvaise température. D’ailleurs, l’assistance de cette soirée pouvait osciller entre vingt et quarante personnes, selon les heures et les «va-et-vient».

Côté pointage, l’Association des étudiants en chiropratique (AEDC) et l’Association des étudiants en récréologie (ADER) ont obtenu le même nombre de points, se plaçant ainsi ex æquo en première position du «Bain de neige». BES a gagné le match de Bubble soccer, l’AGE UQTR et l’Association des programmes en arts (APARTS) sont également arrivées ex æquo en première position pour l’activité de reproduction artistique «30 ans de talents» avec 80 points.

En soirée, l’Association des étudiants en science de l’activité physique (ASAP) a mis la main sur la session «Mario Kart», et l’Association des étudiant(e)s en sciences comptables et administratives (AESCA) a remporté la première place aux «Dieux de la danse».

Jour 3

Au matin de la troisième journée, la danse western était à l’honneur alors que AEDC, AESCA et ADER ont chacune récolté 100 points; les trois mêmes associations ont également fait le plus haut pointage, soit 198 points, lors du happening des «Pats». AESCA a également remporté les activités «Rallye bottine» et «Hungry Hippo».

AEDC, AESCA et ADER ont chacune récolté 100 points lors de la session de danse western du mercredi matin.

Pour l’heure du souper, les membres de ADER étaient les meilleurs cuisiniers au «Buffet», leur permettant l’ajout de 99 points au tableau. L’activité de bière-bong, «Beerfest» a été remporté par l’AEDC. Les membres de BES, quant à eux, sont arrivés premiers au «Rallye nocturne» qui s’est terminé aux petites heures du matin.

Jour 4

Pour la dernière journée du Carnaval, l’AEDC est l’association étudiante ayant récolté le plus de points derrière l’AESCA. Lors de la «Chope d’or», le Carnaval annonce que l’AEDC arrive en première place avec un total de 2522 points, mais avec 100 points perdus en pénalités. Notons qu’Evelyne Sacy, de l’Association des étudiants en psychoéducation (AEPE), s’est classée en première place comme Championne du Carnaval.

Rencontre avec l’organisation

À l’automne dernier, l’organisation du Carnaval étudiant devait se trouver un remplaçant à la coordination. C’est en novembre dernier que Gloray Champion, alors responsable des bénévoles, a repris le poste. L’ensemble de la programmation était fixé, mais pour Gloray, c’était au retour de la période des Fêtes que les grands défis se présentaient.

«Au niveau des autres sous-comités, comme au niveau des bénévoles, au niveau de la logistique, il y a eu beaucoup d’ajustements à faire parce qu’il y avait plusieurs changements au niveau des activités. Les communications, c’était déjà commencé, mais c’était surtout de mettre de l’ordre à cela. Il y a eu des manques au niveau du comité. Il fallait resserrer le comité et le renforcer, parce qu’avec un départ, ça crée du changement.» Deux autres membres ont quitté le bateau du Carnaval, dont la personne responsable à la programmation. Gloray ne nie toutefois pas que d’autres personnes avaient manifesté leur volonté de quitter l’organisation.

Malgré les quelques difficultés rencontrées, la coordonnatrice du Carnaval se dit tout de même satisfaite de son expérience: «J’ai trouvé que c’était quand même une belle expérience, mais ce n’était pas facile. C’était un nouveau poste, mais oui, j’avais déjà vécu le Carnaval. Ça facilitait certaines choses, mais en même temps, c’est une tout autre expérience avoir à gérer l’ensemble des comités.»

 «Je crois que le comité de cette année était particulièrement débrouillard, dans un sens.» — Jonathan Charbonneau

Le comité de programmation du Carnaval est chargé de la gestion des épreuves, des détails de la programmation, mais aussi des plaintes reçues par rapport aux points. Durant cette édition, Marc-Olivier Dumas en a reçu quelques-unes. «Les assos, ce sont tous des enfants un peu donc, ils veulent tous aller gratter des points ici et là. Parfois, ils vont se chicaner pour un point.» Ce dernier se dit toutefois satisfait de son expérience. «C’était mon deuxième carnaval. Donc, je savais un peu vers où aller. C’était la première fois, par contre, que j’avais un comité à gérer.»  Marc-Olivier Dumas a mentionné au Zone Campus qu’il ne sera pas de retour dans le comité organisateur du Carnaval l’an prochain.

Jonathan Charbonneau était dans le comité de la logistique, et ce, pour une troisième année consécutive. Les deux démissions en milieu de parcours étaient perçues, selon lui, comme un revirement de situation: «Je pense que le comité n’était pas très soudé jusqu’aux deux mois avant l’événement (décembre), si je compare aux deux autres années d’avant. (…) Je crois que le comité de cette année était particulièrement débrouillard, dans un sens. Les membres se retournaient sur un 10 cents et savaient résoudre leurs problèmes et s’adapter rapidement», affirme-t-il.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here