C.A. de l’AGE UQTR: Assurances, cartes de crédit et politique provinciale

1
697
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg
Réunion du C.A. du 18 février 2018. Photo: Marie Labrousse
Réunion du C.A. du 18 février 2018. Photo: Marie Labrousse

Le dimanche 18 février dernier s’est tenu le second conseil d’administration (C.A) de 2018 de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR). Au menu des débats: la question des assurances étudiantes, une prise de position sur le retour des paiements par carte de crédit et un soutien apporté pour la réforme du système électoral québécois.

Plan Major

Louis-François Major, président du groupe éponyme, est intervenu devant l’assemblée pour exposer la situation du système du régime d’assurance étudiant. Ce dernier est à l’équilibre, mais rencontre régulièrement des problèmes de liquidités. Une situation due au retard de paiement de l’UQTR qui ne verse ses cotisations qu’après la mi-session. M. Major a aussi souligné l’augmentation des demandes de remboursement d’actes paramédicaux, notamment de services chiropratiques.

Pour pallier ces états de fait, l’intervenant a proposé une série de mesures. Il s’agirait de maintenir la tarification actuelle (240 dollars par an), mais de supprimer les couvertures des conjoint.e.s, ce qui représenterait moins d’une centaine de cas, mais qui couterait davantage que la moyenne. Cette coupure ne concernerait pas les enfants. Aussi, les conjoint.e.s pourraient se rattacher au régime d’assurance au même tarif que les étudiant.e.s. De plus, l’ensemble des actes paramédicaux serait réuni dans une même catégorie et le remboursement se retrouverait plafonné à 750 dollars. Enfin, M. Major a proposé la constitution d’un fonds de roulement de 100 000 dollars afin que les étudiant.e.s ne souffrent pas des retards de versements des cotisations de l’université.

Une mobilisation s’organise pour réclamer une révision des paiements des frais de scolarité.

Carte de crédit

La fin des paiements des frais de scolarité par carte de crédit avait créé un sérieux mécontentement au sein de la communauté étudiante en septembre dernier. Une problématique ramenée devant le C.A par Jason Rivest, étudiant en administration, qui a réclamé une prise de position de l’AGE UQTR en faveur d’un rétablissement de l’ancien système de paiement. Un débat s’est engagé, avec pour point central la question de la dette étudiante, entre les tenant.e.s d’un retour aux cartes de crédit et les défenseur.e.s de la mise en place de solutions de rechange au recours à l’emprunt bancaire. Le C.A a finalement voté à majorité pour engager des négociations visant à trouver des accommodements prenant en considération l’ensemble des possibilités, cartes de crédit comprises.

Un Soutien SENSÉ

Jimmy Thibodeau, étudiant au département de philosophie et des arts, s’est fait le représentant de l’association Solution étudiante nationale pour un scrutin équitable (SENSÉ). Ce mouvement, fondé lors de la dernière session universitaire à l’Université Laval, propose une mobilisation de la population étudiante québécoise pour réformer l’actuel système électoral provincial. Considérant ce dernier comme profondément déséquilibré et source de la perte de confiance populaire envers les institutions politiques, le SENSÉ propose son abrogation au profit d’un mode de scrutin dit proportionnel mixte compensatoire à redistribution régionale. Cette appellation désigne un système promettant d’être à la fois représentatif du vote global du corps électoral et des territoires.

Jimmy a réclamé un appui symbolique de l’AGE UQTR au SENSÉ, qui souhaite publier prochainement une lettre ouverte dans les médias pour exposer ses revendications. Un soutien qui a été accordé à l’unanimité par le C.A.

Jack Saloon A2018

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here