C.A de l’AGE UQTR: Démissions, participation étudiante et législation

1
847

age-uqtr-logoLe dernier conseil d’administration (C.A.) de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) en est un de bilan de mi-mandat. Cette réunion se présente aussi comme le pivot pour une restructuration légale de sa composition, en raison d’une question de permis d’alcool… Une rencontre avec Alex Marchand, président de l’association, permet de faire le point.

Retour sur la réunion du 11 décembre

Parmi les points abordés, mentionnons dans un premier temps la venue de Louis-François Major, du Plan Major, la compagnie d’assurance des étudiants de l’UQTR. Le courtier stipule que le bilan entre les réclamations et les cotisations arrivent presque à un bilan nul. Le léger déficit semble facilement résorbable.

Puis, en huis clos, le bilan du deuxième trimestre (août à octobre) a été présenté, malgré la démission de Justin Barrette de son poste de vice-président aux finances. Selon Alex Marchand, le sens de l’organisation et de la préparation de son ancien collègue permet quand même d’offrir un résultat clair et concis.

La session d’hiver 2017 semble remplie de défis stimulants pour l’instance étudiante, tout en assurant une certaine continuité dans les projets déjà entamés.

Malgré l’importance des sujets présentés précédemment, le point d’orgue consiste aux péripéties d’une candidature. Aïcha Stella Nana Nguebong, étudiante en génie industriel, a postulé pour le poste de vice-présidente aux affaires académiques de premier cycle. Malgré tous les critères respectés, il a fallu rejeter sa candidature. Pour comprendre le pourquoi de cette exclusion, il faut évoquer une loi de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ).

Alex Marchand, président de l'AGE UQTR. Photo: Frédérik Farid Borel
Alex Marchand. Photo: Frédérik Farid Borel

Selon la Régie, un organisme responsable des permis d’alcool ne peut accueillir au sein de son C.A. des personnes n’ayant pas le statut de résident permanent ou de citoyen canadien. Puisque Aïcha Stella est considérée comme étudiante internationale, son entérinement s’avère pour le moment impossible.

Le comité exécutif (CX) a été mis au courant de cette règle seulement au cours des derniers mois, alors qu’il mettait à jour la liste du conseil d’administration, telle qu’exigée par la RACJ. L’organisme gouvernemental a par la suite émis un avis stipulant que les administrateurs considérés comme étudiants internationaux devaient céder leurs places.

Une loi cause présentement des ennuis quant à l’implication des étudiants internationaux au sein de l’AGE UQTR.

Une solution pour inclure tout le monde

Afin de respecter les règles, au risque de perdre son permis d’alcool, tout en permettant de favoriser l’inclusion des étudiants internationaux, une société par actions doit être officialisée d’ici la fin de mandat des officiers, fin avril. Cette nouvelle société permettra au bistro-bar la Chasse Galerie, gérée par l’AGE UQTR, d’avoir son propre permis d’alcool. Ainsi, un C.A. sera mis sur pied pour s’assurer du bon fonctionnement de cet organisme sans but lucratif (OSBL). Ce conseil sera formé surtout par des administrateurs du CX de l’AGE UQTR. Il est donc évident que ces personnes doivent répondre aux exigences du statut civique formulées par la RACJ.

Pour sa part, Aïcha Stella semble voir sa tentative de candidature comme un tremplin malgré tout. Elle profite de la réunion du 11 décembre 2016 pour se faire élire à divers comités relevant de l’AGE UQTR et pour se présenter de manière officieuse. Elle peut donc bien se préparer pour une candidature aux élections du CX dès mars.

Outre la vice-présidence aux finances et aux affaires académiques de premier cycle, le poste aux communications est à combler à la suite du départ de Mansour Fall, le 16 décembre dernier.

Malgré ces soubresauts, le président de l’AGE UQTR se montre très satisfait de l’implication des administrateurs lors de leurs réunions. Il se dit également très heureux de l’implication de la part des étudiants internationaux.

La session d’hiver 2017 semble donc remplie de défis stimulants pour l’instance étudiante, tout en assurant une certaine continuité dans les projets déjà entamés.

Jack Saloon A2018

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here