Causerie à l’Exèdre: «L’inéducation», de Joëlle Tremblay

0
688
JoelleTremblay_001(1)
L’auteure Joëlle Tremblay. Photo: Elias Djemil

La librairie indépendante l’Exèdre offre à quelques moments durant l’automne des causeries avec des auteurs, ainsi que des tables rondes littéraires. Mercredi soir, l’auteure et enseignante en philosophie Joëlle Tremblay nous a parlé de son nouvel essai: L’inéducation, de la maison d’édition Somme Toute.

La soirée a été animée par Christian Bouchard, ami de la librairie, mais aussi ancien chroniqueur au Nouvelliste et à ICI Radio-Canada, et également professeur retraité. Il s’est en effet entretenu avec Joëlle Tremblay, professeure de philosophie (Cégep de Trois-Rivières et de Granby) pour parler de son nouvel essai: L’inéducation.

«Pourquoi l’éducation?» lui a-t-il subitement demandé. Son mémoire de maîtrise portant sur le sujet, elle a répondu qu’elle croit en la liberté de pensée que permet l’enseignement de la philosophie. Elle souhaite permettre aux jeunes adultes de créer leur propre pensée dans cette masse de culture générale que véhicule l’éducation, qu’elle caractérise elle-même comme conservatrice. C’est entre autres ce qu’elle dénonce dans son ouvrage, mais aussi à travers sa stratégie d’enseignement. Son but est de transmettre des valeurs générales, pour ensuite laisser les jeunes les dépasser et les contester, et finalement créer leurs propres modèles de pensées.

«Nous vivons dans une société qui demande de plus en plus de polyvalence sur le marché du travail quand le système, lui, demande d’être hyperspécialisé». ―Joëlle Tremblay, professeure de philosophie au collégial et auteure.

Elle a souligné également les paradoxes du système d’éducation actuel, ainsi que le fossé qui se creuse tranquillement entre celui-ci et les écoles. En effet, «nous vivons dans une société qui demande de plus en plus de polyvalence sur le marché du travail quand le système, lui, demande d’être hyperspécialisé», a-t-elle déclaré, et ce, que ce soit dans les formations continues ou les études supérieures. En lisant le livre de Joëlle Tremblay, qui célèbre ses dix ans d’enseignement, c’est une prise de conscience envers ce système que prendra le lecteur de L’inéducation.

Prochainement, la librairie offrira une autre causerie avec Stéphanie Larue et Amélie Panneton le 8 octobre, dans le cadre du Off-Festival de Poésie de Trois-Rivières. Également, une table ronde sur le contre-exemple en littérature avec Jean-Philippe Baril-Guérard, Katherine Raymond et Chloé Savoie-Bernard sera offerte le 26 octobre.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here