Championnat universitaire canadien de natation: Pas besoin de médaille pour être une gagnante

0
586
Raphaëlle Roberge dans sa spécialité: la brasse. Photo: Patriotes
Raphaëlle Roberge dans sa spécialité: la brasse. Photo: Patriotes

Deux nageuses des Patriotes participaient à une compétition de grande envergure lors de la fin de semaine des 24, 25 et 26 février. En effet, Gabrielle Cyr et Raphaëlle Roberge participaient au championnat universitaire de natation de U Sports, l’organisation nationale canadienne des sports universitaires.

La compétition, qui était hébergée par l’Université de Sherbrooke, a été majoritairement dominée par l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), qui a emporté la majorité des courses pour obtenir les bannières, autant chez les hommes que chez les femmes. Dans une année ou de nombreux nageurs présents sont des olympiens établis ou en devenir, la compétition était très relevée.

Performances satisfaisantes

Cela n’a pas empêché les représentantes de l’UQTR d’offrir de belles performances et d’obtenir des résultats plus que satisfaisants. Participant toutes deux aux épreuves de brasse avec environ 40 des 156 nageuses présentes, elles s’exécutent d’abord au 100m le vendredi matin. Roberge y récolte une 28e position, alors que Cyr doit se contenter de la 35e.

Le lendemain se déroule le 200m, toujours à la brasse pour nos athlètes. Ni l’une ni l’autre ne peut toutefois se qualifier pour la finale, bien que Roberge ne soit passé qu’à une seule seconde de prendre part à la course ultime. Il s’agissait d’un record personnel, et ce, malgré l’heure matinale de la course, un grand fléau pour elle: «Je peux retirer du positif, ayant réalisé un meilleur temps personnel le matin, puisque j’ai de la difficulté à nager vite le matin.»

«Avoir réussi à me tailler une place parmi cette élite-là me rend très fière.» ―Raphaëlle Roberge

Cyr obtient elle aussi une belle victoire personnelle, alors qu’elle enregistre une nouvelle marque individuelle, retranchant deux secondes à sa plus rapide performance au préalable. Une très belle surprise qu’elle s’offre à elle-même: «Je suis fière d’avoir nagé le 200m brasse deux secondes plus vite que mon meilleur temps cette année. Ce fut inattendu, car je me concentrais particulièrement sur les épreuves de sprint», affirme-t-elle.

Une compétition gratifiante

Comme quoi nager avec les meilleurs permet également de faire ressortir le meilleur en elles. Une observation qui ne les laisse pas indifférentes: «Je retiens de cette compétition l’excellent calibre des nageurs universitaires canadiens. Les regarder nager en finale était assez inspirant!», nous dit Gabrielle Cyr.

L’opinion de Raphaëlle Roberge est assez similaire: «On a pu observer les meilleurs nageurs au pays, des nageurs qui sont allés aux Olympiques. On peut donc s’inspirer de voir quelques trucs techniques qu’eux font et tenter de les reproduire.»

En fin de compte, la participation à cet évènement est en elle-même une belle reconnaissance de tous les efforts que ces nageuses ont mis dans leur sport. Des efforts non négligeables pour Roberge: «J’ai eu des compétitions toutes les fins de semaine depuis 2 mois, avec l’entraînement au travers c’est dur pour le corps.» Des efforts qui en valaient certainement la peine, précise-t-elle immédiatement: «On nage avec les meilleurs nageurs au pays, et avoir réussi à se tailler une place parmi cette élite-là me rend très fière.»

Pour Cyr également, avoir pu être présente pour cette fin de semaine de compétition de haut niveau était l’atteinte de l’objectif principal de sa saison. On peut donc en déduire que même si aucune médaille n’a été accrochée à leur cou durant cette fin de semaine, les deux Patriotes reviennent en se sentant définitivement comme des gagnantes, et elles ont toutes les raisons d’afficher une telle fierté.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here