CIFEPME et Colloque Éducation-Entrepreneuriat: L’entrepreneuriat doublement mis à l’honneur

0
900
L’un des moments les plus marquants de ce double événement était le débat entre les chercheurs Saras D. Saravathy, Shaker A. Zahra et Denis Grégoire. Photo: Marie Labrousse.
L’un des moments les plus marquants de ce double événement était le débat entre les chercheurs Saras D. Saravathy, Shaker A. Zahra et Denis Grégoire. Photo: Marie Labrousse

Du 25 au 28 octobre derniers, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a reçu conjointement le 13e Congrès International Francophone en Entrepreneuriat et PME (CIFEPME) et le deuxième Colloque Éducation-Entrepreneuriat. Plus de 250 congressistes se sont rassemblés pour cette double occasion.

Un double événement

La 13e édition du CIFEPME a été organisée par l’Institut de recherche sur les PME (INRPME) et parrainé par l’Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et PME (AIREPME). Ces deux organismes fêtaient leurs 20 ans cette année. Le thème du congrès s’intitulait La recherche en entrepreneuriat et PME: vers de nouveaux horizons.

L’objectif de ces diverses activités consistait à faire émerger une réflexion collective sur l’entrepreneuriat au Québec.

Le Colloque Éducation-Entrepreneuriat a été mis en place par la Table régionale de l’éducation de la Mauricie (TREM). Cette dernière regroupe plusieurs commissions scolaires (Commission scolaire de l’Énergie, Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Commission scolaire Central Québec) et d’établissements post-secondaires publics ou privés (Cégep de Trois-Rivières, Collège Shawinigan, Collège Ellis, Collège Laflèche). Il s’agissait cette année de la deuxième édition de ce colloque. Il était organisé à la suite du Premier forum sur l’entrepreneuriat éducatif en Mauricie de 2012, et s’inspirait également du 12e CIFEPME.

De nombreux invités et activités

Les deux événements ne se contentaient pas de se dérouler parallèlement au même endroit et au même moment, mais travaillaient de concert et partageaient des activités et des invités communs. On peut notamment citer Saras D. Sarasvathy (Darden School of Business, University of Virginia), Shaker A. Zahra (Carlson School of Management at University of Minnesota) et Denis Grégoire (Syracuse University et professeur invité à HEC Montréal). Ces trois chercheurs de renommée internationale étaient les personnalités phares du congrès et du colloque. Outre leurs conférences respectives, ils ont tous trois interagi durant un débat portant sur les modalités de la recherche entrepreneuriale, animé par Louis Raymond, professeur émérite à l’UQTR.

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, est venu faire une allocution à la fin de la journée du 26 octobre. Photo: Marie Labrousse
Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, est venu faire une allocution à la fin de la journée du 26 octobre. Photo: Marie Labrousse

Plusieurs tables rondes et ateliers divers se sont déroulés tout au long de ces journées, abordant des thèmes tels que l’internationalisation des PME, les différences de pratiques entrepreneuriales selon les pays, la mixité entrepreneuriale, la part de l’éducation dans le processus… De nombreux sujets couvrant divers aspects spécifiques de l’entrepreneuriat ont été abordés au cours de ce congrès et de ce colloque. Plutôt que d’apporter au public l’avis d’un expert sur ces différents sujets, l’objectif de ces activités consistait plutôt à permettre aux personnes présentes de donner leur avis sur le sujet et ainsi d’ouvrir le débat. Une réflexion collective pouvait alors émerger.

Le ministre provincial délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, est venu faire une allocution à la fin de la journée du 26 octobre, afin de rappeler les engagements prévus du gouvernement envers l’entrepreneuriat. Il remplaçait Lise Thériault, vice-première ministre et ministre responsable des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional, qui n’a pas pu être présente pour l’occasion.

Québec et entrepreneuriat

Rappelons que la tenue de ce double colloque s’inscrit dans la lignée de la publication du rapport sur l’activité entrepreneuriale québécoise, paru le mois dernier dans Global Entrepreneurship Monitor (GEM). Effectué par l’INRPME, ce rapport présente l’enquête de 2015 sur l’entrepreneuriat au Québec.

On constate ainsi que les entrepreneurs émergents sont de plus en plus nombreux au Québec, tout particulièrement chez les jeunes. Néanmoins, ils restent moins nombreux en proportion que dans le reste du Canada. Et de plus, les Québécois semblent avoir peu confiance en leurs capacités entrepreneuriales. Ces différents constats semblent montrer qu’il existe des besoins au Québec pour les initiatives telles que le CIFEPME et le Colloque Éducation-Entrepreneuriat.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here