Conférence AESCA: François Legault et l’entrepreneuriat

0
775
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg
François Legault à la rencontre des étudiants venus l’entendre. Photo: AESCA
François Legault à la rencontre des étudiants. Photo: AESCA

Le jeudi 23 février dernier avait lieu à l’Atrium C.E.U. de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) une conférence offerte par François Legault, cofondateur de la compagnie aérienne Air Transat et chef du parti politique Coalition Avenir Québec (CAQ). Organisée par l’Association des étudiants en sciences comptables et administratives (AESCA), la conférence avait pour thèmes principaux l’entrepreneuriat et le développement économique au Québec.

Animé par David Redmond et Jonathan Berniquez-Lévesque, respectivement président et vice-président aux événements de l’AESCA, l’événement a rassemblé près d’une soixantaine de personnes, pour la plupart des étudiants au sein de ce programme universitaire.

Monsieur Legault a commencé sa conférence en parlant de son parcours personnel, de ses études en comptabilité jusqu’à la fondation de la CAQ en 2011, en passant par la fondation et le développement d’Air Transat en 1986 et sa nomination comme ministre de l’Éducation dans le gouvernement Bouchard en 1998. Notons que monsieur Legault a été ministre de la Santé en 2002.

Parcours étudiant et professionnel

Issu d’une famille d’origine très modeste, François Legault considère que sa réussite actuelle est due à son mérite personnel et à son éducation. Après quatre ans d’études à l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC Montréal), où il obtient une maîtrise en administration des affaires (MBA) en 1984, il travaille brièvement comme comptable pour la nouvelle compagnie aérienne Nationair Canada, avant d’entrer par la suite chez Québecair.

Lorsque cette dernière est vendue à Canadian Airlines en 1986, il fonde alors Air Transat avec d’anciens pilotes de la compagnie. Air Transat finit par percer après plusieurs années de développement, et François Legault devient millionnaire en vendant ses parts en 1997.

Parcours politique

Quelque temps plus tard, Lucien Bouchard, alors premier ministre du Québec, lui propose de devenir ministre de l’Économie, puis de l’Éducation, sous le gouvernement du Parti québécois (PQ). Il ne sera élu député de la circonscription de Rousseau que quelques mois après sa nomination comme ministre, soit le 30 novembre 1998. Après divers autres changements, il finit par se retrouver dans l’opposition et reste plus souvent dans l’ombre au cours des années suivantes.

François Legault revient sur la scène politique en 2011, alors qu’il fonde la CAQ avec Charles Sirois. Il explique la création de ce parti par une volonté de sortir du bipartisme entre le Parti libéral du Québec (PLQ) et le PQ. D’après lui, même si elle est importante, la question nationale ne doit pas occulter certains autres enjeux, comme la création de richesse au Québec.

François Legault estime que l’entrepreneuriat n’est pas encouragé au Québec.

Les «clés de la réussite»

Tout au long de sa conférence, monsieur Legault a exposé ce qui, selon lui, représente les «clés de la réussite» en entrepreneuriat, sur le plan collectif et individuel. Il s’est référé plusieurs fois à la situation de certains pays européens qu’il voit comme des modèles en la matière, l’Allemagne et la Suède en particulier.

D’après le conférencier, l’éducation scolaire doit être mieux arrimée à l’économie, en instaurant par exemple des cours d’entrepreneuriat obligatoires au secondaire. Il a également évoqué le cas d’universités suédoises directement installées dans les entreprises, une situation qu’il juge admirable et qu’il aimerait voir se mettre en place dans la Belle province.

Ensuite, monsieur Legault estime que l’entrepreneuriat en tant que tel n’est pas encouragé au Québec (et a fortiori en Mauricie), voire dévalorisé. Selon lui, les investissements du gouvernement dans les entreprises québécoises, qui s’élèveraient présentement à 30 milliards de dollars selon ses dires, devraient être doublés.

L’invité de l’AESCA a conclu en invitant les personnes présentes dans la salle à se lancer également dans l’entrepreneuriat, affirmant que malgré les difficultés, l’expérience se révèle très gratifiante.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here