Dans l’ambiance des fêtes: : 4Jazz et Francis Périgny au Gambrinus

0
574
Trois membres de 4Jazz en prestation instrumentale. (Alexandre Le Sage au saxophone, François Dussault à la guitare et Marc Beaudet à la batterie). Photo: Marianne Chartier-Boulanger
Trois membres de 4Jazz en prestation instrumentale. (Alexandre Le Sage au saxophone, François Dussault à la guitare et Marc Beaudet à la batterie). Photo: Marianne Chartier-Boulanger

Ce mardi 5 décembre dernier avait lieu le spectacle du quatuor 4Jazz au Gambrinus.  Cet événement a su nous plonger directement dans l’ambiance des fêtes…

Ce quatuor formé d’Alexandre Le Sage au saxophone, de François Dussault à la guitare, de Marc Boudreau à la contrebasse et de Marc Beaudet à la batterie avait comme invité spécial Francis Périgny à titre de chanteur. 4 Jazz se veut à la base un groupe qui souhaite faire connaitre un répertoire jazz moins connu du public. Quant à Francis Périgny, son apport au groupe a permis d’explorer un répertoire quant à lui un peu plus crooner. Ce côté crooner soulignait l’ambiance du temps des fêtes, que Francis Périgny assumait bien en portant un ensemble rappelant les années 1940 et tenant sa coupe de spiritueux tout en chantant.

Francis Périgny assumait bien son côté crooner en portant un ensemble rappelant les années 1940 et tenant sa coupe de spiritueux tout en chantant.

Enchainant des titres connus comme Feeling Good de Nina Simone ou Can’t Buy Me Love des Beatles, Francis Périgny quittait parfois la scène pour permettre à 4Jazz de laisser de côté le répertoire crooner pour faire des pièces instrumentales s’inscrivant plutôt dans un style bebop classique. Pendant ces intermèdes instrumentaux, on pouvait voir le talent de chaque instrumentiste à l’œuvre. D’ailleurs, les quatre membres du groupe ont complété des études collégiales ou universitaires avec leur instrument. Nous pouvions remarquer leurs habilités durant les nombreux solos que peut nous offrir la musique jazz. Bien que la contrebasse soit un instrument qui s’entend parfois mal dans un groupe, elle se démarquait très bien des autres instruments à différents moments.

L’ambiance était donc intéressante et le son emplissait bien le Gambrinus. On voyait entre les membres de ce groupe un réel plaisir à faire de la musique, et ce, sans prétention.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here