De la Reine et Harfang au Café-Bar Zénob: Une soirée musicale planante

0
698

Une prestation de voix «sans artifice» a été offerte en l’absence de leur équipement. Photo : Nicolas Padovani
Une prestation de voix «sans artifice» a été offerte en l’absence de leur équipement. Photo : Nicolas Padovani

Les groupe De la Reine et Harfangs ont offert, le vendredi 27 janvier dernier, des prestations qui semblent avoir comblé la foule du Café-bar Zénob.

En décembre 2016, De la Reine sortait un album éponyme, à la suite du mini-disque de deux chansons lancé en mai 2016. Ce groupe de Québec est composé d’Odile Marmet-Rochefort à la voix et aux claviers, de Vincent Lamontagne à la guitare et basse électriques, et de Jean-Etienne Collin Marcoux à la batterie et aux percussions, échantillonnage, synthétiseurs, voix et vibraphone.

Très indie-électronique, la musique présente une belle rythmique dans les mélodies. La voix d’Odile est enveloppante et douce, malgré les notes parfois très aiguës. Les membres ont eu quelques problèmes techniques en début de spectacle, mais ont finalement opté pour une prestation de voix «sans artifice», en l’absence de leur équipement. Un moment intéressant de la soirée a été une reprise de Destiny’s Child.

Le quintette Harfang, qui vit présentement une ascension assez fulgurante avec le lancement de leur album, offre une musique se situant plutôt dans l’alternatif et l’indie.

Le quintette Harfang offre une musique se situant plutôt dans l’alternatif et l’indie. Ils peuvent parfois tendre vers le folk, et même l’électronique par moments. Laugh Away the Sun est leur tout premier album, qui succède à leurs deux mini-albums, Harfang et Flood, sortis en 2014 et 2015. Après tout ce travail, les gens étaient particulièrement curieux d’entendre du nouveau matériel. Le groupe a su offrir un album que l’on a envie d’écouter du début à la fin.

La voix du chanteur, Samuel Wagner, se marie à merveille aux mélodies très planantes du groupe. Elle semble même parfois se fondre dans les accords des guitares d’Antoine Angers et de David Boulet Tremblay, dans les notes de basse d’Alexis Taillon-Pellerin et dans la rythmique de batterie de Mathieu Rompré. Sans inventer la roue, ils offrent une musique personnelle teintée de leurs influences et qui s’écoute facilement. En effet, même s’il n’y avait pas foule, les gens au Zénob semblaient apprécier beaucoup la musique présentée.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here