Élections AGE UQTR: L’heure du débat

0
2043

Depuis lundi 26 mars, la communauté étudiante est appelée à se rendre aux urnes pour renouveler le conseil exécutif (C.X) de l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR). Point d’orgue de cette campagne, les onze candidat.e.s se sont présenté.e.s lors du traditionnel débat, animé par Charles Brasset-Mimeault et Jimmy Thibodeau, qui s’est tenu ce mardi 27 mars à la Chasse-Galerie, à partir de 15h.

Les candidats seuls face à la chaise

Plusieurs candidats sont les uniques postulants à certains sièges du C.X. Les électeur.ice.s ont donc le choix de voter pour eux ou de laisser le poste vacant en votant pour la chaise.

Michaël Fortin, candidat à la vice-présidence aux affaires socio-politiques. Photo: Vincent Cheval
Michaël Fortin, candidat à la vice-présidence aux affaires socio-politiques. Photo: Vincent Cheval

Michaël Fortin se présente ainsi au poste de vice-président aux affaires sociopolitiques.  Cet étudiant en psychologie a mis en avant sa volonté de parier sur la communication et l’ouverture d’esprit pour ranimer la mobilisation étudiante. Il souhaite que l’AGE UQTR puisse s’impliquer sur la scène sociale trifluvienne et utiliser l’UQTR pour en faire un modérateur de la scène syndicale étudiante de la province.

Étienne Desfossés, candidat à la vice-présidence aux finances et au développement. Photo: Vincent Cheval
Étienne Desfossés, candidat à la vice-présidence aux finances et au développement. Photo: Vincent Cheval

Étienne Desfossés se présente pour sa part au poste de vice-président aux finances et au développement. Lui-même étudiant en administration des affaires, Étienne considère ce poste comme un point névralgique du C.X, dans lequel il pourrait exercer un véritable soutien auprès des autres officier.ère.s. Il déclare vouloir diminuer au maximum les déficits sans pour autant sacrifier les services de l’AGE UQTR, à l’instar de la Halte-garderie ou encore des services d’aide psychologique pour lesquels il semble porter un véritable intérêt.

Antoine Bélisle-Cyr, candidat au secrétariat général. Photo: Vincent Cheval
Antoine Bélisle-Cyr, candidat au secrétariat général. Photo: Vincent Cheval

Antoine Bélisle-Cyr ambitionne d’occuper le poste de secrétaire général. Il insiste sur la question des liens entre le C.X et le conseil d’administration (C.A.) et voit son action comme une courroie de transmission entre ces deux mondes. Pour ce faire, il souhaite parachever la rédaction d’un cahier de formation pour ledit conseil et faire un suivi plus serré auprès des associations pour qu’elles envoient des représentants à l’AGE UQTR.

Mickael St-Pierre, candidat à la vice-présidence à la vie associative et au développement durable.
Mickael St-Pierre, candidat à la vice-présidence à la vie associative et au développement durable. Photo: Vincent Cheval

Mickael St-Pierre se présente pour un troisième et dernier mandat au siège de vice-président à la vie associative et au développement durable. Fort de son expérience, il souhaite continuer à développer des activités et régler certaines questions, comme celle du local 1078 du Pavillon de la Vie Étudiante (PaVÉ).  Il déclare vouloir travailler sur le cas des associations de troisième niveau (associations basées sur des intérêts particuliers, comme l’environnement ou la culture) afin de clarifier le paysage associatif du campus. Il s’inquiète aussi de sa succession et encourage d’éventuels futurs candidat.e.s à s’impliquer dans la vie associative.

Les duels

Caroline Beaudouin et Marie-Chantale Delaney, candidates à la vice-présidence aux communications. Photo: Vincent Cheval
Carolane Beaudoin et Marie-Chantale Delaney, candidates à la vice-présidence aux communications. Photo: Vincent Cheval

La vice-présidence aux communications est disputée par l’actuelle détentrice du poste, Marie-Chantale Delaney, et par Carolane Beaudoin. Les deux candidates veulent redynamiser les outils d’informations pour améliorer la communication avec les étudiant.e.s, que ce soit par les babillards (particulièrement soulignés par Carolane) ou les réseaux sociaux. L’actuelle vice-présidente a insisté sur le fait de rendre l’AGE UQTR plus attirante tandis que sa concurrente souhaite mobiliser le C.A auprès du public étudiant.

Amélie Trottier-Lacombe et Alban Regis Bomisso, candidate et candidat à la vice-présidence aux affaires sociocuturelles. Photo: Vincent Cheval
Amélie Trottier-Lacombe et Alban Regis Bomisso, candidate et candidat à la vice-présidence aux affaires sociocuturelles. Photo: Vincent Cheval

La vice-présidence aux affaires socioculturelles se dispute entre Amélie Trottier-Lacombe, qui occupe le siège, et Alban Regis Bomisso. Ce dernier insiste sur le développement de la culture de chaque étudiant.e et sur une plus grande ouverture culturelle entre les étudiant.e.s internationaux et québécois.e.s. L’actuelle vice-présidente a mis en avant les réussites de son mandat et axe son programme sur le développement des activités culturelles des associations à travers la création d’un calendrier leur étant dédié et d’une plus grande collaboration entre l’AGE UQTR et ces associations.

Fait rare, le siège à la présidence est disputé par trois candidat.e.s issus du même C.X.

Trois candidatures pour une présidence

Fait rare, le siège de la présidence est disputé par trois candidat.e.s issus du même C.X. La confrontation s’est déroulée dans une ambiance légèrement tendue, des tensions au sein de l’actuel C.X ont été évoquées ainsi que la nécessité d’améliorer le climat au sein de ce dernier.

Frédéric Thibault, Solange Lapierre et Alexandre Côté, candidats et candidat à la présidence de l'AGE UQTR. Photo: Vincent Cheval
Frédéric Thibault, Solange Lapierre et Alexandre Côté, candidats et candidat à la présidence de l’AGE UQTR. Photo: Vincent Cheval

Solange Lapierre, présidente en poste, met en avant son bilan et ses réalisations. Elle rappelle sa capacité à diriger une équipe et à négocier face aux instances universitaires, rappelant notamment le dossier de fermeture nocturne de l’université. Elle souhaite que le C.X soit réellement l’exécuteur de la volonté de la communauté étudiante en multipliant les rencontres avec les associations. Elle désire améliorer les performances du C.X en offrant un soutien actif et personnalisé auprès des officier.ère.s pour réaliser des projets soutenables.

Alexandre Côté, actuel vice-président aux affaires académiques des cycles supérieurs, veut lutter contre le sentiment que l’AGE UQTR est inutile. Pour cela, il souhaite s’appuyer sur la Planification stratégique 2017-2022 pour mesurer concrètement l’avancée des dossiers. Pour lui, la clé de la confiance des étudiant.e.s envers l’AGE UQTR se tient dans la responsabilisation des membres du C.X et par une refonte des relations avec les associations de deuxième niveau (associations basées sur des programmes académiques).

Frédéric Thibault, actuel vice-président aux finances et au développement, met en avant la nécessité de redynamiser la communication avec les instances universitaires et la communauté étudiante en mettant en place une atmosphère d’ouverture d’esprit et de conciliation. Il souhaite travailler sur le problème du sentiment d’appartenance des étudiant.e.s et valoriser le rôle des officier.ère.s dans la création d’évènements de qualité.

Les électeur.trice.s ont jusqu’à jeudi 29 mars  (23h45) pour voter via leur portail étudiant.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here