Étudiants hors campus: La vie étudiante

1
1179
Rencontre d’un Conseil des présidents élargi le 14 janvier dernier avec les exécutifs des associations locales de l’AGEHC. Photo: AGEHC
Rencontre d’un Conseil des présidents élargi le 14 janvier dernier avec les exécutifs des associations locales de l’AGEHC. Photo: AGEHC

Si l’Association générale des étudiants (AGE) est connue de tous au campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), qu’en est-il des associations dédiées aux étudiants hors campus? Entre collaboration, fédération, et création d’activités, retour sur ces organisations générales et locales qui acquièrent de plus en plus d’importance.

Les étudiants hors campus se mobilisent

Depuis son implantation en 1969, l’UQTR n’a cessé d’offrir des cours hors campus dans ses huit autres centres universitaires, qui prennent de plus en plus d’envergure: Joliette, Québec, Longueuil, Sorel-Tracy, Saint-Hyacinthe, Valleyfield, Victoriaville et Drummondville. Grâce à la volonté de certains étudiants de se regrouper pour s’impliquer dans leur formation, l’Association générale des étudiants hors campus (AGEHC) de l’UQTR nait dans les années 1980. Secondées par les Associations locales étudiantes (AEL), ces deux types d’organisations ont pour but de pallier les besoins des étudiants hors campus de premier cycle et de cycles supérieurs.

L’AGEHC fédère pas moins de 3 000 étudiants, en formation initiale ou continue. Ceux-ci ont notamment accès à leur site internet spécialisé (www.agehc.ca), où ils peuvent retrouver les informations essentielles, ainsi que les services proposés et un calendrier d’activités mis à disposition des présidents de chaque AEL.

Missions

Si l’AGEHC vise l’ensemble des étudiants hors campus, alors que les AEL traitent davantage de sujets au niveau local, elles se rejoignent toutes dans la volonté de regrouper les étudiants, promouvoir leur engagement et les représenter. L’AGEHC tourne ses actions vers la défense des intérêts et des droits des étudiants qu’elle représente en matière d’enseignement, de pédagogie, et de services aux élèves. Elle s’occupe notamment des dossiers importants, des assurances, des cérémonies et des pourparlers avec l’UQTR.

Les AEL, quant à elles, se spécialisent dans les activités propres à chaque centre universitaire, mais aussi à l’accueil de ses étudiants, à la gestion des plaintes, et veillent à promouvoir une atmosphère chaleureuse. L’organisation d’événements peut parfois même impliquer plusieurs campus, notamment celui de Drummondville, où des étudiants de Victoriaville, Sorel et Saint-Hyacinthe peuvent être invités.

Drummondville

«Accompagnement, coopération, promotion»: tels sont les trois adjectifs qui définissent le mieux l’AGEHC, selon son président, Pierre Morin. En janvier 2016, l’association a manifesté son désir de s’implanter plus durablement et d’avoir des locaux plus spacieux. Lorsque l’opportunité a été donnée pour le campus de Drummondville de voir le jour, l’AGEHC a contribué à sa construction et y a emménagé. Si l’établissement satellite de l’UQTR en est encore à ses débuts, il est toutefois doté d’une bibliothèque et d’un café étudiant, Le Boisé, qui fournit sandwich, soupes, muffins…

«Accompagnement, coopération, promotion» définissent l’AGEHC, selon son président, Pierre Morin.

Des projets futurs pour Drummondville? La construction d’une halte-garderie, projet phare pour les mois à venir, afin de répondre à la demande.

Épanouissement de la vie étudiante

Organiser, créer et développer la vie étudiante, tel est l’objectif d’Alexandre Bonneau-Daniel, président depuis trois ans de l’AEL de Drummondville, et vice-président de l’AGEHC: «Nous partons de zéro, c’est la première fois que notre AEL fait face à autant d’organisation et de travail à faire».

Parmi les activités incontournables de Drummondville: le concert de la rentrée en automne, avec Alpha Rococo et Sèxe Illégal en invités vedette. Un autre bel événement ayant eu du succès? Inviter les enfants de parents étudiants pour un souper gratuit, avec cadeaux à la clé. Malgré ces réussites, répondre à la demande d’activités n’est pas chose facile, selon Pierre Morin. Aussi, si certains événements connaissent le succès, il n’en est pas de même pour tous.

Malgré les défis, d’autres projets restent à venir…

Jack Saloon A2018

1 commentaire

  1. Il faut préciser que les événements tels que la rentrée, l’activité de Noël, le souper de Noël avec la récolte de denrée et plus encore ont tous été de grands succès.

    Dîner cabane à sucre, spectacles et bien d’autres activités seront au campus dans les prochains jours et semaines.

    Nous je faisons pas face à une organisation, mais nous nous structurons sans cesse pour répondre aux besoins grandissants des étudiants à la demande d’activités et de services.

    Drummondville est un joyaux que nous sommes fier de pouvoir faire rayonner avec l’implication de nos membres !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here