Festival international de la poésie de Trois-Rivières: Une 34e édition réussie

0
192

La 34e édition du Festival international de la poésie de Trois-Rivières s’est conclue le 7 octobre dernier après plus de 300 activités en 10 jours. La population était au rendez-vous afin d’entendre les 80 poètes invités, dont près de la moitié provenait de l’étranger.

La visibilité offerte à la poésie et aux poètes par la participation du public n’est pas la seule retombée culturelle. Le festival est également une occasion privilégiée pour les poètes de partager entre eux et elles, découvrir ce qu’il se fait ailleurs dans le monde, et tisser des liens entre les littératures qu’ils et elles représentent. À titre d’exemple, Les Écrits des Forges, maison d’édition de Trois-Rivières, a coédité de nombreux recueils en français et espagnol avec la maison d’édition Mantis Editores du Mexique.

Lectures passionnantes

Que ce soit à l’occasion d’un café, d’un apéro, d’un repas ou d’une soirée, les lectures de poèmes ont été fortement appréciées par le public. Les poètes, connaissant leurs œuvres sur le bout des doigts et des lèvres, ont rendu toute l’intensité des textes avec rythme et passion. Les poètes étranger.ère.s ont également pu offrir la musicalité et l’unicité de leurs poèmes par la lecture en leurs langues respectives après une lecture de la traduction en français.

Le festival tisse des liens entre les littératures du monde.

Le public invité à créer

Deux formules étaient offertes aux festivalier.ère.s désirant débuter ou perfectionner leur écriture poétique. La première consistait en des rencontres individuelles de 30 minutes avec un poète. La deuxième était quant à elle un atelier de groupe d’une durée d’une heure trente. Les participants, poètes invité.e.s inclus.es, devaient s’inspirer d’un poème ou d’une œuvre d’art, par exemple l’exposition de Pierre Landry, afin de créer in situ un poème, les festivalier.ère.s profitant d’un coaching d’une vingtaine de minutes par les poètes présent.e.s.

Une forme d’expression accrochante

Pour toute la durée du festival, le parc Champlain a surpris ses visiteur.se.s grâce aux cordes à poèmes le décorant. Dérivée de la corde à linge, la corde à poèmes permettait aux membres du public d’y faire accrocher leurs propres compositions. Des groupes scolaires ainsi que des groupes d’âge d’or de la région disposaient également de sections dédiées.

Les poèmes étant conservés d’une année à l’autre, il était possible pour certain.e.s promeneur.se.s de relire une création parfois oubliée. Des cordes à l’hommage d’Alfred DesRochers étaient quant à elles accrochées au parc Alfred DesRochers, ainsi qu’au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, alors que l’œuvre de Gérald Godin était suspendue au Musée de religions du monde de Nicolet.

Les lectures étaient marquées par le rythme et la passion propres à la poésie.

Quand poésie rime avec études

Des poètes invité.e.s au festival, une a retenu l’attention du Zone Campus. Doctorante en littérature à l’UQAM, sa thèse portant sur l’ethnocritique de l’œuvre de Stephen King, Catherine Côté est également poète. Son recueil Outardes, paru aux éditions du Passage en 2017, témoigne d’une poignante relation avec le territoire et ses ancêtres. Écrit à l’occasion de sa maîtrise en recherche-création en littérature, ce recueil lui a permis de trouver sa voix, de développer son authenticité, d’«écrire avec [s]es tripes».

Ce programme, également offert à l’UQTR, a été très formateur selon elle, puisqu’il lui a permis de «sortir de [s]a zone de confort», de «considérer autrement [s]a démarche artistique» ainsi que de «faire des liens entre théories littéraires et [s]a création». Travaillant également le roman adulte, le roman jeunesse et la nouvelle, dont une du recueil Monstres et fantômes, paraissant chez Québec Amérique le 17 octobre, Catherine Côté croit fermement que la poésie est toujours de mise, puisqu’il y a un renouveau constant. L’achalandage et le succès de la 34e édition du Festival international de la poésie de Trois-Rivières en sont la preuve.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here