La climato-réaliste: Quoi mettre et ne pas mettre dans les bacs de l’UQTR

0
1027
Magali Boisvert. Photo: David Ferron.

Vous avez peut-être remarqué, si vous êtes un.e lecteur.ice de longue date, que ma photo de chroniqueuse a été remplacée par un élégant cliché de ma propre personne faisant un «squat» (une flexion sur jambes, en français) devant un îlot de recyclage de l’UQTR.

Ainsi, devant cette démonstration d’expertise certaine, je crois pouvoir asseoir mon autorité et vous léguer ce guide pratique de tri de déchets, spécial UQTR. Notez qu’avec le temps, certains emballages sont sujets à changement. Notez également que la meilleure façon de déterminer si un plastique va dans le recyclage est s’il possède un numéro de un à sept sur l’emballage. Seul le numéro six n’est pas recyclable.

Les (sacro-saints) gobelets à café

Pour une non buveuse de café, c’est assez impressionnant, la quantité de gobelets à café qui se ramasse dans les îlots de tri de l’université (ou même par terre, dehors, mes petit.e.s «vlimeux.ses»!). Cependant, je sais que c’est l’élixir de vie de la majorité d’entre vous, donc je tenterai de vous aider à vous droguer à la caféine de façon écolo.

Si vous achetez effectivement un gobelet à café, il y a plusieurs modèles. Le traditionnel gobelet en simili carton du Tim Hortons ne se recycle pas, puisqu’il y a des traces de plastique à l’intérieur — le couvercle ne se recycle pas non plus; c’est un plastique de type six. Même chose pour les gobelets à café de la cafétéria. Jetez ça dans la poubelle!

Vous vous sentez mal de ne pas pouvoir recycler vos gobelets? Il y a l’option parfaite: la tasse à café réutilisable! Vous pouvez l’utiliser dans les machines à café de la cafétéria (remplissez votre tasse pour le prix d’un petit café) et à la Chasse Galerie. De plus, votre café ne vous brûlera plus les doigts…

Ce qui va à la poubelle, en rafale

Pas le temps de niaiser, voici la catégorie «gugusses» sans espoir de réincarnation. Les serviettes de table en papier vont dans la poubelle, tout comme les emballages de barres tendres, barres au chocolat et les contenants de gommes qui ressemblent à du papier-bulle version plastique (l’enveloppe de gomme en carton va au recyclage).

Direction poubelle avec un «motton» de culpabilité dans le ventre: les ustensiles en plastique (quoiqu’ils peuvent être lavés et réutilisés), les pochettes blanches pour les pâtisseries, les pailles, les mini gobelets de lait et crème, les contenants de nourriture en styromousse, les cartables faits de diverses matières (ne les jetez que lorsqu’ils sont vraiment en fin de vie), les emballages de plastique rigide sans numéro de tri (propres et sans saletés, s’il vous plaît). Et j’en passe.

Ce qui va un peu vous déculpabiliser

Voici maintenant un aperçu de ce qui se recycle. Dans le trou du papier et carton, c’est très simple: tout se recycle, sauf les papiers glacés (comme les photos), plastifiés ou cirés. Les boîtes de jus en carton (de style Tetra-Pack) se recyclent, sauf la paille.

Dans le trou des matières de plastique, verre et métal: se recyclent les contenants à sandwiches de la cafétéria, les bouteilles en plastique de toutes sortes (même si les bouteilles d’eau seront d’ici peu bannies du campus, yé!), les verres en plastique transparents du Tim, toute pellicule ou sac en plastique qui s’étire, tout emballage ayant un numéro de tri de un à sept, excepté six.

Également dans cette catégorie, les canettes d’aluminium, les boîtes de conserve, les bouteilles en verre consignées et non consignées, les pots d’aliments en verre, et j’en passe. Par contre, si vous voulez recycler le vase en verre laid que votre belle-mère vous a donné, ça va dans la poubelle, malheureusement.

L’UQTR a installé des boîtes pour ramasser des cartouches d’encre, des piles, des surligneurs et autres crayons feutres, des cellulaires brisés ainsi que du matériel électronique en général — fils, câbles, CD, etc. Si je ne me trompe pas, la plupart de ces boîtes se trouvent à l’entrée de la bibliothèque.

Si vous voulez recycler le vase en verre laid que votre belle-mère vous a donné, ça va dans la poubelle, malheureusement.

Ce que vous pouvez faire pour créer moins de déchets

Une devise écolo que j’adore et qui guide ma vie d’écolo, c’est «le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas» [1]. Prenez le temps de vous asseoir et de manger dans une vraie assiette avec de vrais ustensiles à la cafétéria ou à la Chasse Galerie. Amenez vous-même de la bouffe qui vous fait du bien, dans des contenants réutilisables.

Côté matériel scolaire, demandez-vous si vous pouvez acheter usagé, si vous pouvez vous procurer un texte en ligne ou bien si vous pouvez l’emprunter à quelqu’un ou à la bibliothèque (je m’en suis sortie en empruntant tous mes romans de littérature à la bibliothèque!). Si vous devez imprimer des notes, faites-le idéalement avec du papier 100% recyclé et imprimez recto-verso.

Quant à moi, je m’engage à essayer de ne plus faire la morale à mes pauvres lecteur.ice.s.

Bonne semaine, les écocos!

Note de la chroniqueuse : le site de Recyc-Québec a été un outil essentiel pour cette chronique et je vous invite chaudement à vous y référer.


[1] Citation de Christian Couet.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here