Élections provinciales: Qu’en est-il du vote à l’université?

0
377
AESCA_Confence Guy Cormier
Les bureaux de vote sont ouverts dans le hall du pavillon Albert-Tessier. Crédit: Samuel Gagnon

Des bureaux de vote s’ouvraient pour une première journée le vendredi 21 septembre dans le hall du pavillon Albert-Tessier. L’ouverture des bureaux de vote en milieu universitaire a pour but de faciliter les démarches que les étudiants et étudiantes doivent effectuer pour se rendre aux urnes. D’autres journées d’ouverture sont prévues les 25, 26 et 27 septembre.

Rencontre avec Michael Fortin, V.-P. aux affaires sociopolitiques à l’AGE UQTR

Appelé à commenter l’ouverture de bureaux de vote en milieu universitaire, M. Fortin se montrait enthousiaste: «C’est une bonne mesure. Ça augmente l’accessibilité. D’ailleurs, il est important de mentionner que peu importe d’où ils et elles viennent, les étudiants et les étudiantes pourront voter dans le comté dans lequel ils et elles sont inscrit.e.s. C’est important qu’ils et elles aillent voter. Il y a plusieurs façons de faire connaitre nos opinions à ceux et celles qui nous représentent, et voter en est une».

«J’invite les étudiants et les étudiantes de l’UQTR à s’informer le plus possible sur les enjeux de la campagne électorale.» – Michael Fortin, V.-P. aux affaires sociopolitiques de l’AGE UQTR

Michael Fortin insistait d’ailleurs sur la nécessité pour les jeunes de prendre plus de place en politique: «J’invite les étudiants et les étudiantes de l’UQTR à s’informer le plus possible sur les enjeux de la campagne électorale en cours afin de pouvoir faire un choix éclairé.»

Les étudiant.e.s et la campagne électorale

Pour Rosalie, l’environnement sera au cœur de ses préoccupations lorsqu’elle choisira le parti pour lequel elle votera. «Je trouve déplorable que le parti qui mène présentement dans les intentions de vote et qui risque de former le prochain gouvernement n’ait pris aucun engagement ferme en faveur de l’environnement. Sans oublier que les libéraux considèrent qu’ils forment le parti de l’économie parce qu’ils disent gérer le portefeuille gouvernemental responsablement. Cependant, le parti que je considèrerai réellement responsable sera le parti qui aura démontré le plus grand souci pour la question environnementale.»

«Quand je pense que je pourrai voter entre deux cours, je me dis que de bonnes mesures sont mises en place pour assurer la représentation des jeunes en politique.» – Étienne, étudiant libre

Une étudiante préférant garder l’anonymat affirme pour sa part qu’elle ne compte pas se rendre aux urnes. «Je ne me considère pas suffisamment informée pour faire un choix éclairé. Dans ces conditions, je préfère m’abstenir. Je ne connais pas suffisamment les plateformes électorales de chaque parti.» Appelée à identifier les enjeux que le prochain gouvernement devrait considérer comme prioritaires, elle répond qu’elle a l’impression que le système de santé va de mal en pis. «J’ai la chance de bénéficier d’une santé solide, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Je me considère chanceuse de ne pas avoir à fréquenter les hôpitaux. Les infirmières sont menacées par l’épuisement professionnel, et j’ai peur que cette situation se traduise par des services publics de moins bonne qualité.»

Étienne, étudiant libre ce semestre, se réjouit de voir que des bureaux de vote s’ouvriront en milieu universitaire: «Au quotidien, pour un étudiant, ça rend la tâche facile. Quand je pense que je pourrai voter entre deux cours, je me dis que de bonnes mesures sont mises en place pour assurer la représentation des jeunes en politique.»

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here