Long week-end du court: Franc succès pour la cinquième édition

0
202
AESCA_Confence Guy Cormier

La cinquième édition du Long week-end du court, qui s’est déroulée du 21 au 23 septembre dernier à Trois-Rivières, s’est révélée être un vif succès. Programmation variée et de qualité, salles combles et public enthousiaste étaient au rendez-vous.

Pendant les trois jours qu’a duré l’événement, ce sont 48 courts métrages provenant de 11 pays qui ont été projetés sur les écrans du Cinéma Tapis rouge et du Café Frida. Les réalisateur.ice.s d’ici étaient bien représenté.e.s grâce à un volet régional ainsi qu’un volet québécois. De l’international, la Belgique était l’invitée d’honneur de cette édition avec un volet lui étant entièrement dédié, et plusieurs cinéastes belges étaient présent.e.s tout au long de la fin de semaine.

Pour une deuxième année consécutive, le Café Frida a été l’hôte de projections gratuites présentées le vendredi et le samedi à 23h. Les deux soirs, la salle était pleine et des gens ont assisté aux projections debout, se massant jusqu’à la porte d’entrée. Contrairement aux autres volets de l’événement, séparés selon la provenance des courts-métrages, les volets présentés au Café Frida proposaient autant des films d’ici et d’ailleurs regroupés autour de deux thématiques: Trash et Expérience.

La programmation comptait 48 courts-métrages de 11 pays.

Deux films se démarquent

La projection de clôture du dimanche soir était également l’occasion de récompenser le meilleur film des volets régional et québécois. La bonne chanson de Renaud de Repentigny et Laurence B. Leclerc a remporté le volet régional, un prix remis par l’Institut nationale de l’image et du son (INIS). Les deux cinéastes de Trois-Rivières se sont ainsi mérité chacun.e une bourse de 250$ à l’INIS, afin d’y suivre une formation de perfectionnement. Le prix de 500$ du volet québécois a quant à lui été remporté par Jérémy Compte, pour son court-métrage Fauve. Ce prix, remis par La Fabrique culturelle de Télé-Québec, était une nouveauté cette année.

Un défi réussi

Le traditionnel film improvisé a cette année été réalisé par Sarah-Ève Boivin et Christopher Côté, deux jeunes cinéastes de Trois-Rivières. Disposant de moins de 45 heures pour créer, filmer et monter un court-métrage, ils ont relevé le défi avec brio. Les contraintes votées par le public le vendredi soir étaient de ne montrer aucun ciel, de traiter de la fabrication du kombucha et de la cuisson des frites, et d’avoir une trame musicale originale. Le Cheffe a été bien reçu lors de la projection de clôture du dimanche soir, le public appréciant particulièrement les conseils pour une épicerie à 75$ par semaine.

«J’ai fait du montage jusqu’à deux heures du matin, ça n’a juste pas de bon sang.» – Christopher Côté, coréalisateur du film improvisé

Une invitation lancée

Marie-Pier Lacroix Couture, directrice générale du distributeur Travelling, les films qui voyagent, et coorganisatrice du Long week-end du court, a déclaré être grandement satisfaite de la popularité de cette édition, et a mentionné déjà avoir quelques idées pour l’année prochaine. Alexandre Dostie, coorganisateur de l’événement, s’est montré quant à lui très positif avec le public: «On vous donne rendez-vous pour une sixième [édition]».

Mme Lacroix Couture invite également les lecteurs du Zone Campus à assister à Les P’tites vues, des soirées de court-métrage dont Travelling, les films qui voyagent est également le responsable de la programmation.  La prochaine représentation aura lieu le 5 octobre au Centre culturel Pauline-Julien, et les billets sont disponibles au coût de 5$.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here