Nouvelle acquisition à l’UQTR: L’impression 3D s’invite au Service de la bibliothèque

1
1008
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg
Nouvelle acquisition d’une imprimante 3D, encadrée par Mario Beaudoin, chargé de projet informatique et technologique, et Etienne Audet, directeur adjoint aux services techniques et informatisés. Photo: Caroline Bodin
Nouvelle acquisition d’une imprimante 3D, encadrée par Mario Beaudoin, chargé de projet informatique et technologique, et Etienne Audet, directeur adjoint aux services techniques et informatisés. Photo: Caroline Bodin

Depuis la rentrée, le Service de la bibliothèque de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a enrichi son offre de services en se dotant d’une imprimante en trois dimensions. En test interne depuis le printemps 2016, elle est désormais libre d’accès, tant pour les projets professionnels que personnels. Ce nouveau service d’impression est un véritable atout universitaire.

L’impression 3D : une technologie qui s’implante progressivement

L’impression tridimensionnelle consiste à fabriquer une pièce, grâce à l’empilement de couches successives de matière chauffée à haute température. À l’aide d’un logiciel de dessin 3D, cette matière prend la forme de l’objet désiré. «Ce type d’impression paraît encore un peu irréel pour certaines personnes», affirme Mario Beaudoin, chargé de projet informatique et technologique du service. Et pourtant, la bibliothèque est un lieu de connaissance, de partage, et de diffusion du savoir. Elle s’adapte et évolue en fonction de son temps: «C’est nous qui anticipons le besoin», confie le directeur adjoint, Etienne Audet. Si la demande n’était pas spécialement pressante, l’imprimante a pourtant déjà délivré ses premières productions. L’engouement pour celle-ci devient progressif, et devrait prendre de l’ampleur dans les semaines à venir. Il est notamment question de placer l’imprimante dans un meuble en bois vitré, afin de pouvoir la déplacer et la rendre visible au public: «Cela permettra de faire connaître notre nouveau service et d’attirer les curieux», déclare M. Beaudoin.

Un service ouvert à tous

L’UQTR possède déjà une imprimante 3D, mais de qualité industrielle, réservée aux étudiants de l’École d’ingénierie. Cette imprimante-ci, localisée au 2233 de la bibliothèque Roy-Denommé, est donc une première. Elle peut être autant utilisée pour des projets professionnels que pour des projets personnels. Elle est d’autant plus accessible qu’elle n’est pas réservée au seul monde universitaire: les personnes extérieures à l’UQTR peuvent aussi déposer une demande d’utilisation.

L’utilisation de l’impression 3D révolutionne les sciences, notamment la recherche scientifique.

En ce sens, la bibliothèque tient le rôle historique qu’elle a toujours tenu: un lieu de démocratisation du savoir et d’accessibilité aux connaissances pour tous. Elle agit comme un réel moteur de découverte.

L’université et la recherche

Si l’impression 3D peut encore paraître futuriste pour certains, son utilisation est pourtant très concrète et pertinente. Elle profite à de nombreux étudiants et chercheurs, venant de tous horizons. Que vous ayez besoin d’une pièce originale pour votre projet artistique, que vous nécessitiez la modélisation d’une vertèbre pour pratiquer la kinésiologie, ou encore la production d’une molaire pour étudier la dentition humaine, tout est rendu possible. Cette technologie permet la production d’objets qui rendent l’apprentissage innovant, mais aide aussi la recherche de manière significative. Actuellement, des chercheurs de l’université Laval et de McGill travaillent au développement d’un pancréas bioartificel, en réponse à des patients souffrant de diabète de type 1.

Mais comment ça marche ?

L’utilisation de ce nouveau service d’impression est assez simple. Il est rendu accessible via un formulaire en ligne sur le site de la bibliothèque. Pour une demande d’impression, de nombreux renseignements vous seront demandés, ainsi que le dépôt de la fiche de modélisation. Celle-ci sera analysée et jugée conforme à la politique d’utilisation. Si sa production est permise, un courriel vous sera envoyé avec les renseignements complémentaires (coût, durée de fabrication), et vous pourrez récupérer votre pièce au comptoir de la bibliothèque.

Jack Saloon A2018

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here