Passionnée de sports cherche explications: Notre équipe de golf

0
121
Jessyca Marchand. Photo: Mathieu Plante

À chacune de mes chroniques, j’essaie de vous faire découvrir des choses inusitées ou auxquelles on ne pense pas nécessairement à propos du sport de notre université. J’ai plusieurs fois mentionné les différentes disciplines qui se pratiquent à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), mais cette semaine, j’ai eu le goût de me pencher sur nos Patriotes golf.

Si vous êtes comme moi, la plupart du temps, quand on parle de golf, on pense à des hommes comme Tiger Woods ou Rory McIlroy. Ce sont des joueurs de la Professional Golfer’s Association (PGA), qui gagnent des millions et font couler beaucoup d’encre. Il va sans dire que ce n’est pas tout à fait le même calibre de jeu à l’UQTR, mais nous pouvons tout de même dire que nos golfeur.se.s sont dans la catégorie des meilleurs joueurs amateurs du Québec. Ce n’est pas rien, croyez-le.

J’ai joué une fois au golf l’an dernier. Jouer est un grand mot, j’ai surtout fait des roulés sur les verts, mais c’est beaucoup plus difficile que ce que l’on peut croire en regardant les autres le faire.

Pour vous parler du golf à l’université, j’ai eu l’idée de parler avec le capitaine de l’équipe, Anthony Demers.

Nos golfeurs de l’UQTR sont dans la catégorie des meilleurs joueurs amateurs du Québec.

Un quoi?

Vous m’avez bien comprise, il y a un capitaine dans l’équipe de golf. Suis-je la seule à avoir pensé toute ma vie que le golf était un sport individuel? Alors, il était encore plus intéressant d’aller discuter avec cet étudiant sportif, afin de savoir comment cette discipline fonctionne.

Anthony Demers est un étudiant de troisième année au baccalauréat en administration des affaires. Il a accepté de me rencontrer après un cours, pour m’expliquer son rôle de capitaine et à quoi ressemble son sport.

Il faut savoir que la saison de golf est très courte. Les qualifications se déroulent à la fin-juillet ou début-août au terrain Ki-8-Eb, ici à Trois-Rivières. Puis, trois tournois composent l’ensemble de la saison que les golfeur.se.s devront affronter. Le premier se tient à la fin août, le second au début septembre et le dernier en octobre. Anthony m’a d’ailleurs mentionné que c’était l’idéal pour suivre ses études en même temps, car à la fin-octobre, juste avant la mi-session, leur saison de golf est terminée et ils et elles peuvent se concentrer sur les études.

Vous m’avez bien comprise, il y a un capitaine dans l’équipe de golf. Suis-je la seule à avoir pensé toute ma vie que le golf était un sport individuel?

Mais que vient faire un capitaine dans ce sport?

Même si le golf est un sport individuel, en compétition universitaire, les pointages sont cumulatifs. Je vous explique: cinq joueurs ou joueuses composent l’équipe et les quatre meilleurs résultats de chacune des rondes sont comptabilisés. À la fin du tournoi de trois rondes, les équipes ayant le plus bas résultat l’emportent. Sinon, il peut y avoir d’autres joueur.se.s, mais leurs pointages ne sont pas considérés dans l’équipe, seulement du côté individuel.

Qui dit équipe dit la plupart du temps un capitaine. Anthony est là pour rassembler et motiver ses camarades. Il a été capable de m’expliquer sans problème comment fonctionnait son sport, ainsi que me parler de la nouvelle équipe féminine, mise en place cette année. S’il a autant de facilité à en parler à une néophyte comme moi, je crois qu’il peut facilement parler à ses coéquipier.ère.s.

Anthony m’expliquait aussi que l’équipe a l’habitude, en allant à un tournoi, de ne pas aller dans un hôtel, mais bien de louer un chalet, pour rassembler les golfeur.se.s à la même place, afin de créer un «teambuilding», c’est-à-dire une activité de consolidation d’équipe.

Si Anthony Demers a autant de facilité à en parler à une néophyte comme moi, je crois qu’il peut facilement parler à ses coéquipiers.

À la question d’où vient sa passion pour le golf, Anthony me dit qu’il peut retrouver des photos de lui à 2-3 ans avec un bâton de golf dans les mains. «L’hiver, c’était le hockey, et l’été, le golf», m’expliquait-il. Il ne voulait pas faire du hockey à l’année, et quoi de mieux que le golf pour la verdure que l’on recherche l’été? Et quand je lui ai demandé quels étaient ces meilleurs résultats cette année, il n’était pas capable de répondre pour ses résultats personnels, mais pour l’équipe, aucun problème. C’est ce que j’appelle un bon capitaine, car c’est l’équipe en premier.

En terminant, il m’a demandé de vous passer un petit message, mes lecteur.ice.s préféré.e.s. Si vous pratiquez vous aussi du golf et que vous avez une moyenne d’environ 80, l’entraîneur Pascal Garneau, aussi un ancien de l’UQTR, serait très heureux d’en être informé, surtout si vous êtes une fille. Comme l’équipe féminine a été formée cette année et qu’elle a de très bons résultats, il faut essayer de la garder vivante, qu’en pensez-vous? Messieurs, vous pouvez aussi communiquer avec lui, il est toujours à la recherche de nouveaux talents. Comme je le disais un peu plus tôt, la saison est courte et se termine avant les examens, donc vous n’avez pas de raison pour ne pas vous essayer si vous avez du talent pour ce sport.

Je m’essaierai peut-être, qui sait? Je me suis améliorée dans mes roulés, je vous jure. Bonne semaine à tous!

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here