Portrait d’athlète – Roxanne Huard: Une étoile filante

0
1866
AESCA_Confence Guy Cormier

Le passage de Roxanne Huard chez les Patriotes aura été de courte durée, mais très fructueux, alors qu’elle a été nommée sur l’équipe d’étoiles de la division 2 en volleyball du Réseau du Sport Étudiant du Québec (RSEQ), et ce, en tant que recrue sur le circuit.

Cheminement sans encombre

Huard a commencé à pratiquer le volleyball en sixième année du primaire et n’a arrêté qu’un bref moment depuis, le temps d’un programme d’échange qui l’a amenée à passer trois mois à Calgary l’an dernier. Ainsi, après avoir joué pour son école secondaire dans Charlevoix, puis trois ans en division AA au collégial avec le Cégep Garneau (où elle complétait un diplôme en sciences naturelles), il était naturel pour elle de poursuivre au niveau universitaire.

Elle choisit les Patriotes pour se donner les meilleures chances possibles d’être sélectionnée sur l’équipe tout en jouant dans une équipe de haut calibre. Elle entreprend son baccalauréat en sciences infirmières et se plait bien dans l’équipe: «C’est une belle organisation où l’on est vraiment soutenues dans notre sport. On a une super belle équipe avec une belle combativité et c’est pourquoi ça a bien été toute l’année.»

Trop bien été

Les Patriotes ont en effet dominé toute la saison, écrasant la compétition de la division 2 pour une deuxième année consécutive. Les succès collectifs ne sont bien sûr pas étrangers au succès de Roxanne, qui a réussi à revenir très fort après son année sabbatique : «Ç’a été un peu difficile au niveau des sélections, car le calibre était plus fort que ce à quoi j’étais habituée. Tranquillement, je me suis adaptée et la fin de la saison a très bien été.»

«Le plus important est d’avoir gagné le provincial.» – Roxanne Huard

La question de passer en division 1 commençant à mériter d’être observée sérieusement, Huard ne se détourne pas d’y répondre directement: «J’aurais aimé mieux qu’on soit en division 1. J’aime les défis et il n’y avait pas assez de compétition. En division 1, on pourrait voir une amélioration, on s’améliore quand on fait face à l’adversité. Je crois que l’organisation commence à vouloir faire le saut également. Après deux championnats consécutifs, ça peut certainement se faire si l’équipe continue dans cette direction.»

Vers d’autres cieux

Malheureusement, le tout devra se faire sans la jeune volleyeuse. Malgré une excellente saison recrue, elle se doit d’abandonner les Patriotes, car elle change d’établissement d’enseignement. «Si je suis acceptée dans le programme d’acupuncture, je quitterai pour le Collège de Rosemont. Heureusement, je devrais pouvoir continuer le volleyball là-bas, même si le calibre sera moins fort. Ce serait un nouveau défi, car j’aurais un rôle de leader

Elle quitte avec de bons souvenirs de son bref passage chez les Patriotes : «C’était une super belle année où j’ai eu beaucoup de plaisir. Malheureusement je dois quitter, car c’est mon avenir qui est en jeu». Elle quitte également alors qu’elle est au sommet, en tant que joueuse étoile de la ligue avec quatre de ses coéquipières (Mylène Caron, Laurie Simard, Myriam Desbiens et Audrey Marcoux): «C’est bien d’avoir cette reconnaissance, mais le plus important pour moi est d’avoir gagné le provincial et ça a été un travail collectif, pas seulement des nominées ou du six partant, mais de tout le monde.»

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here