Profil d’athlète — Myriam Desbiens: Une succession de succès

0
831
Myriam Desbiens est une vraie passionnée de volleyball. Crédit photo: Étienne Lebel-Michaud.
Myriam Desbiens est une vraie passionnée de volleyball. Crédit photo: Étienne Lebel-Michaud.

Myriam Desbiens a toutes les raisons d’afficher le sourire contagieux que l’on remarque dès qu’on croise son chemin. Membre de la puissante équipe de volleyball féminin des Patriotes, elle a également été nommée Patriote féminine de la semaine pour la semaine du 9 janvier 2017.

C’est qu’elle a beaucoup d’expérience dans des équipes de haut niveau. Elle entame sa carrière de joueuse en même temps que son secondaire dans sa ville natale de La Malbaie. Après avoir participé aux Jeux du Québec en volleyball et en curling, elle abandonne ce dernier afin de se concentrer uniquement sur le premier, sa plus grande passion. Les Élans du Cégep Garneau l’accueillent dans leurs rangs, alors qu’elle complète un diplôme d’études collégiales en sciences naturelles. Se trouvant dans une équipe reconnue pour son excellence depuis de nombreuses années, Myriam remporte à chacune de ses trois saisons le championnat québécois de la division AAA. L’équipe termine également deux fois finaliste au niveau canadien, notre athlète sur le six partant.

Gagner sans cesse

Recrue de cette année pour les Patriotes, l’étudiante au baccalauréat en sciences infirmières continue de faire partie d’une équipe gagnante. À l’exception de la défaite en finale à la Coupe de l’Est du Canada les 6, 7 et 8 janvier, la troupe de l’entraineuse Marie-Ève Girouard n’a accumulé que des victoires au moment d’écrire ces lignes. Encore mieux, elle n’a perdu aucun set dans l’ensemble de ses parties dans le cadre de la saison du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ).

«À ma position, on est souvent moins reconnues car on ne fait pas les points, on les prépare.» —Myriam Desbiens

Myriam, qui se décrit comme étant toujours positive et prête à encourager ses coéquipières, n’a donc aucune difficulté à garder le moral des troupes élevé. «On a une équipe unie qui travaille très fort ensemble afin d’atteindre nos buts communs.» Ce but, bien sûr, est de rester au sommet du classement, afin d’être en position avantageuse pour remporter le championnat. «On s’attend à continuer sur notre lancée. On sait que les autres équipes vont avoir monté leur niveau, mais on a progressé nous aussi.»

Un élément clé

Ses performances individuelles contribuent de façon non négligeable aux succès de la formation trifluvienne. Lors des trois matchs constituant chacun des évènements du RSEQ, la nouvelle venue estime qu’elle prend déjà part à en moyenne sept sets sur neuf. Ce qui la réjouit, même si elle n’aurait aucun problème à voir une autre joueuse à sa place. «On a une belle profondeur. N’importe quelle joueuse pourrait être sur le terrain et ça irait aussi bien.» Ce point constitue d’ailleurs l’un des plus grands atouts de l’équipe par rapport à ses adversaires, dont le banc est en général moins fort que les joueuses de la formation partante.

«On s’attend à continuer sur notre lancée. »  —Myriam Desbiens

C’est autant la qualité que la quantité de ce temps de jeu qui ont fait en sorte que le nom de Myriam Desbiens est maintenant associé à l’Étoile de la semaine du 9 janvier. La passeuse s’en dit très contente. «Ça démontre que je travaille fort. À ma position, on est souvent moins reconnues, car on ne fait pas les points, on les prépare. Je trouve ça bien d’avoir un peu de reconnaissance.»

Son secret n’a rien de bien sorcier: la clé est dans la préparation. S’isoler pour se réchauffer tout en visualisant les passes à faire, mais aussi analyser l’autre côté du filet, afin de trouver les endroits où le ballon devra être envoyé après la passe. Un travail de discipline et de rigueur, qu’elle compare un peu à son futur métier d’infirmière.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here