Soirée Cachée CFOU à la Chasse-Galerie: Lakes of Canada comme invité-surprise

0
970

Les voix féminines s’harmonisaient aux voix masculines dans pratiquement chaque pièce, montrant la passion du groupe pour les harmonies vocales. Photo: Alex Deschênes
Les voix féminines s’harmonisaient aux voix masculines dans pratiquement chaque pièce, montrant la passion du groupe pour les harmonies vocales. Photo: Alex Deschênes

Encore une fois depuis la création des Soirées cachées CFOU en 2011, l’organisation a su bien remplir sa mission originale de faire découvrir la musique de chez-nous à la jeunesse trifluvienne. Elle aura fait un bon choix en invitant le groupe montréalais Lakes of Canada, de plus en plus reconnu parmi ses contemporains.

En ce jeudi 3 novembre, alors que le froid est à nos portes, Lakes of Canada monte sur la scène de la Chasse-Galerie avec sa simplicité et sa chaleur musicale, réchauffant l’assemblée constituée en grande majorité d’étudiants de l’UQTR. Ils nous présentent leur nouvel album Transgressions, version acoustique, ainsi que des pièces non acoustiques présentes sur l’album original.

Fondé en 2010 par le chanteur principal Jake Smith et le batteur Conor O’Neil sous une forme de duo à la Simon & Garfunkel, celui-ci a depuis évolué non pas seulement par l’ajout de membres au sein du groupe, mais également à travers la musique teintée de nombreuses influences.

Parmi les nombreux genres musicaux que l’on peut reconnaitre à travers leurs créations, on sent l’influence de groupes tels qu’Half Moon Run, Dry the River, Simon & Garfunkel, Stevie Wonder, Crosby Stills & Nash et plusieurs autres.

L’album, bâti en quelque sorte comme le roman «La Servante écarlate» de Artwood, comporte à sa manière un prologue, un interlude, ainsi qu’une «transgression».

Les deux fondateurs étaient accompagnés par Sarah Morasse (voix, synthétiseur, orgue), Tim Dobby (guitare, percussions) et Caroline Cameron (voix, guitare, basse, percussions). Les voix féminines s’harmonisaient aux voix masculines dans pratiquement chaque pièce, montrant la passion du groupe pour les harmonies vocales. Elles présentaient un genre gospel et soul auquel s’accompagnaient les tambours, le synthétiseur et la guitare au son d’un rock progressif.

La musique de Lakes of Canada appartient à ce genre de musique qui nous transporte toujours plus loin, porté par une légèreté chaleureuse et inconnue à la fois. Autant elle peut être tranquille et inspirante, autant elle peut bouger et «fesser dans l’dash», comme le disait Morasse pour préparer son auditoire à un changement de tonalité. La pièce «The Fall» en est un bel exemple.

Leur second album est inspiré du roman The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate) de Margareth Atwood, dans lequel l’auteure raconte un futur dystopique où les femmes sont considérées en voie de disparition, ne servant plus qu’à la reproduction et à l’entretien ménager. L’album, bâti en quelque sorte comme le roman, comporte à sa manière un prologue, un interlude, ainsi qu’une «transgression». Transgression dans l’ordre des choses, transgression dans l’organisation du monde, transgression dans la musicalité ordinaire grâce au parfait mélange des genres.

La chanson-titre de l’album représente et englobe tout le reste avec sa sonorité et ses paroles. Elle est comme l’aboutissement de l’histoire qu’ils ont racontée tout au long de l’album. De la même manière, le spectacle était construit en fonction de la fin présentée comme l’accomplissement de tout ce qu’ils sont à travers leur musique. Ainsi, le groupe présenta ses deux dernières pièces a capella, de manière acoustique et sans amplification. Ils étaient descendus de la scène, se mêlant aux gens qu’ils avaient invités à se joindre à eux, formant un grand cercle intime favorisant la proximité et le contact humain, de plus en plus nécessaire de nos jours.

C’est dans un moment de pur partage musical que Lakes of Canada a gagné le cœur de tout son auditoire. Les gens en redemandaient. Et ils en redemanderont. Nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce groupe.

 

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here