StagEmploi: Un projet prometteur

0
566
Publicité_Livre-Politique_journaux_étudiants_728X90.jpg
Selon le communiqué officiel de StagEmploi, 300 étudiants auraient participé à la journée. Photo: David Ferron
Selon le communiqué officiel de StagEmploi, 300 étudiants auraient participé à la journée. Photo: David Ferron

Le mercredi 1er février dernier avait lieu, au hall Gilles-Boulet et à l’atrium C.E.U. de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), la première édition de l’Événement StagEmploi. 45 employeurs/départements ont répondu à l’appel, afin de recevoir les offres d’emplois et stages d’étudiants en administration des affaires, en ingénierie et en informatique.

Selon Marie-Ève Perron, conseillère en information professionnelle pour les Services aux étudiants (SAE), l’événement est né à la suite d’un constat. Lors des années précédentes, une journée carrière regroupant tous les programmes était organisée. Toutefois, selon madame Perron, une bonne part des kiosques se spécialisaient en santé, ce qui empêchait de rejoindre certaines clientèles.

Ainsi, des journées dédiées à des domaines précis ont été mises sur pied. Pour organiser le StagEmploi, il a fallu la collaboration des agents de stages des programmes visés, afin de contacter les employeurs.

La mise sur pied de l’activité a été facilitée par un plan déjà établi par madame Perron, et du fait que cette dernière travaille toute l’année avec les départements concernés. Elle considère cette collaboration gagnante: «Travailler en silo, ça ne marche pas.»  

«Travailler en silo, ça ne marche pas.»   ―Marie-Ève Perron

Pour Andréanne Plante et Caroline Bédard, toutes deux étudiantes au baccalauréat en administration des affaires, l’événement s’avère une occasion d’ouvrir des portes. Selon Caroline, qui suit le cheminement en gestion des ressources humaines (GRH), les possibilités d’emplois sont plus difficiles dans son créneau. Les deux jeunes femmes ont non seulement apporté des copies physiques de leur curriculum vitae, mais également en fichier électronique sur clé USB.

Quant à Aleksa Drakul, étudiant au département de génie industriel, son passage au StagEmploi lui permet de se faire une idée concrète des futurs employeurs potentiels. Selon ses dires, il n’a pas eu l’occasion de vivre une expérience de terrain durant son parcours universitaire.

Chacun de ces étudiants a appris la tenue de StagEmploi par différents moyens: affiche dans les toilettes, Internet, courriel, professeurs, amis. Une telle promotion a permis, d’après le communiqué de presse faisant le bilan de la journée, d’attirer 300 personnes. Selon madame Perron, ce nombre est le tiers de plus que l’objectif initial.

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here