Théâtre des Gens de la Place: Des lectures et de l’histoire en 25 ans

0
467
Lecture publique à la librairie Poirier. Photo: Éric De Wallens
Lecture publique à la Librairie Poirier. Photo: Éric De Wallens

Le Théâtre des Gens de la Place (TGP) soulignait son 25e anniversaire lors d’un 5 à 7 sous forme de lecture publique, qui s’est déroulé le mardi 14 novembre dernier à la Librairie Poirier de Trois-Rivières. Il s’agit de la deuxième activité célébrant l’anniversaire de la troupe pour la saison 2017-2018.

Animée par le fondateur du TGP, Martin Francoeur, cette soirée se voulait un véritable voyage dans le passé pour revisiter certains moments marquants de l’histoire de cette institution culturelle. Dans son discours, faisant le parallèle d’aujourd’hui à hier, le fondateur présentait les points marquants du théâtre: l’apparition des premières œuvres théâtrales majeures datant de l’Antiquité, en passant par la création de Les Belles-sœurs de Michel Tremblay en 1968, pour enfin revenir au théâtre de nos jours.

Les grands moments de son histoire

Alors que les chapitres de cette histoire se succédaient, certains.es actrices et acteurs faisaient la lecture et jouaient différents passages de pièces que le TGP a produit durant ces 25 ans. Les personnes présentes ont pu revivre les œuvres de La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, Des restes humains non identifiés de Brad Fraser, des textes italiens comme La Locandiera de Carlo Goldoni, entre autres. Par ailleurs, au cours de cette soirée, l’assistance s’est fait rappeler que le TGP a remporté quatre prix notables au courant de son existence, soit trois Grands prix culturels de la ville de Trois-Rivières et un Grand Prix de la Culture Le Nouvelliste, remise en 2011.

«Un des objectifs du Théâtre des gens de la Place, c’est quand même de produire un théâtre de qualité.» — Martin Francoeur

Implication artistique

Le nombre de comédiens.nes au TGP varie d’une production à l’autre. Cependant, on peut en compter plus de 200 qui ont participé à près de 80 productions en 25 ans. Les artistes y œuvrant autour participent aux projets sur une base volontaire, sans rémunération. Martin Francoeur rappelle que la troupe investit d’abord dans la qualité du résultat. «Un des objectifs du Théâtre des Gens de la Place, c’est quand même de produire un théâtre de qualité. On ne fait pas juste du théâtre pour donner la chance à des gens de jouer: les billets se vendent en moyenne vingt dollars et le public s’attend aussi à un minimum de qualité.»

 

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here