Un roman jeunesse sans en être un: «Solitude, délire, fuite et autres petits plaisirs coupables de Samuel Sénéchal»

0
1110
Solitude, délire, fuite et autres petits plaisirs coupables de Samuel Sénéchal. Photo: Gracieuseté de S. Sénéchal
«Solitude, délire, fuite et autres petits plaisirs coupables», de Samuel Sénéchal. Photo: Gracieuseté de S. Sénéchal

L’expression d’un «roman jeunesse sans en être un» veut plutôt dire ici que c’est un «roman davantage orienté vers les adolescents», en utilisant une approche évitant de les infantiliser. Samuel Sénéchal a voulu que des jeunes puissent s’identifier aux personnages du roman, qu’ils puissent voir qu’ils ne sont pas seuls dans leur différente réalité.

L’auteur a travaillé durant plusieurs années auprès des jeunes en tant que suppléant et enseignant. La vie adolescente, cette période importante qui mène vers l’âge adulte, lui est donc plus familière. Il sait comment représenter la vision d’un jeune de 15 ans. À l’aide de sa plume aguerrie, il livre ici un roman tout en simplicité et facile à lire.

Ce sont 135 pages où l’on nous raconte l’histoire de trois personnages, lors d’une fin d’année scolaire remplie de nouvelles expériences, d’apprentissage et d’accomplissements. Sean, Daphnée, Frank et leur entourage nous montrent leur vision personnelle de la vie et de ce qu’ils en ressentent. Trois réalités très différentes sont exposées, qui pourtant se rejoignent sur plusieurs points.

Le titre représente en lui-même les problèmes vécus par les personnages: Sean le solitaire, qui n’a aucune présence parentale, mais qui tente tout de même de poursuivre ses études et de finir à tout le moins son secondaire; Daphnée la «délinquante» qui sort pratiquement tout le temps et qui se vante d’avoir couché avec plusieurs garçons, mais qui au fond demeure tellement fragile; et Frank, le nouvel intervenant de l’école, qui suit ces deux élèves et d’autres, essayant de leur donner des points positifs, alors qu’il ne réussit pas à en trouver pour sa propre vie.

Tout au long du roman, on alterne entre chacun des personnages, qui deviennent à tour de rôle des narrateurs. C’est leur perception personnelle de leur vie et des autres qui est mise en avant. C’est plus facile pour un lecteur vivant le même genre de situation de s’identifier à un personnage qui raconte son histoire au «je».

Ce sont 135 pages où l’on nous raconte l’histoire de trois personnages, lors d’une fin d’année scolaire remplie de nouvelles expériences, d’apprentissage et d’accomplissement.

Tout en voulant se rapprocher des jeunes, Samuel Sénéchal a aussi gardé dans son univers un certain attachement pour ses lecteurs adultes, avec son personnage de Frank. Jeune homme de 30 ans, célibataire et solitaire, celui-ci ne semble avoir aucun but dans la vie, aucune motivation ou passion pour quoi que ce soit… excepté les films, les séries télé, les jeux vidéo, bref, les soirées passées seul chez lui.

Il est l’intervenant qui doit encourager et remonter l’estime que certains jeunes ont envers eux-mêmes. Il doit les aider à comprendre les responsabilités qu’ils doivent assumer. Mais il est souvent difficile d’appliquer ses propres conseils à soi-même, et Frank n’y arrive pas toujours.

Tout comme les deux jeunes qu’il rencontre, il trouvera tout de même une certaine motivation à se rendre au travail et à faire quelque chose de sa vie: Évelyne, une des professeurs de l’école, est celle avec qui il entamera une relation, sans trop savoir où cela le mènera. Sean et Daphnée formeront eux aussi un couple, improbable au début du roman, mais dont la relation les conduira vers un possible accomplissement d’eux-mêmes. Pour Sean, ce sera de sortir de sa routine de solitaire, alors que pour Daphnée, ce sera d’être plus honnête avec celui qu’elle aime. Et c’est ainsi que la fin du roman nous propose une continuation positive des chemins empruntés par les personnages. Comme quoi, on peut tous prendre de bons chemins, malgré les épreuves.

Samuel Sénéchal, originaire de St-Eustache, titulaire d’un baccalauréat en études littéraires ainsi que d’une maîtrise en création littéraire, enseigne la littérature depuis 2014 au cégep de Trois-Rivières. Solitude, délire, fuite et autres petits plaisirs coupables est son quatrième roman.  

Jack Saloon A2018

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here