Universiades 2017: Une médaille pour six Patriotes à l’international

1
787
Guillaume Asselin, Pierre-Olivier Morin, Tommy Giroux, Sébastien Auger, Martin Lefebvre et Charles-David Beaudoin. Photo: Tommy Giroux
Guillaume Asselin, Pierre-Olivier Morin, Tommy Giroux, Sébastien Auger, Martin Lefebvre et Charles-David Beaudoin. Photo: Tommy Giroux

Une belle aventure s’achève sur une note positive pour six hockeyeurs des Patriotes qui reviennent des Universiades d’hiver 2017 avec une troisième position.

Les attaquants Tommy Giroux, Pierre-Olivier Morin et Guillaume Asselin, les défenseurs Charles-David Beaudoin et Martin Lefebvre ainsi que le gardien de but Sébastien Auger reviennent donc d’Almaty (Kazakhstan) avec une médaille de bronze au cou. Ces joueurs faisaient partie d’une équipe canadienne composée uniquement des meilleurs hockeyeurs de la conférence de l’Ontario de la ligue canadienne universitaire U Sports, dans laquelle ils évoluent avec les Patriotes. Les trois conférences représentent en effet le Canada à tour de rôle lors de cette compétition qui se tient tous les deux ans.

Qualifications sans embûches

L’équipe canadienne commence le tournoi en lion lors des qualifications avec une victoire contre les États-Unis. Alors que tous s’attendaient à une partie beaucoup plus âprement disputée de la part des voisins du sud, le Canada joue du hockey inspiré et l’emporte par la marque de 6-0. Lefebvre se démarque pour le Canada avec deux passes.

«J’étais prêt à sauter dans la mêlée» ―Sébastien Auger

Pas de surprise contre la Grande-Bretagne, alors que le Canada ne fait qu’une bouchée de ses adversaires. Un unique départ tranquille pour Auger, qui ne fait face qu’à neuf lancers au courant de la rencontre. De l’autre côté de la patinoire, le gardien britannique est laissé pour compte devant un bombardement de 74 tirs. Asselin avec deux buts et deux passes dans un gain de 14-0.

La dernière partie des qualifications est plus ardue pour les Canadiens, alors qu’ils affrontent l’imposante équipe slovaque. Dans un match très physique où 23 pénalités sont accordées, les unités spéciales font toutes la différence. Alors que le Canada marque quatre buts en neuf jeux de puissance, leurs adversaires doivent se contenter de deux en douze. Morin marque le but gagnant et le pointage final est de 5-3. Le Canada termine de ce fait ses qualifications au sommet du groupe B.

Le Canada emporte sa 15e médaille en 16 occasions.

Petit accroc en éliminatoires

Le Canada commence la ronde éliminatoire contre la Lettonie et tire de l’arrière pour la première fois du tournoi en fin de première période. La situation ne dure toutefois pas longtemps, guère plus d’une minute, et le Canada ne regarde plus derrière après avoir créé l’égalité, en route vers une victoire de 5-2 qui permet aux représentants de l’unifolié d’atteindre la demi-finale.

C’est là que les espoirs de médaille d’or se sont malheureusement éteints. Face à une autre superpuissance du hockey au niveau mondial, les talentueux Russes, le Canada encaisse sa première défaite du tournoi à un moment crucial. Le seul marqueur du Canada dans la défaite de 4-1, Guillaume Asselin, s’exprime : «On a donné tout ce que l’on pouvait. Ils méritent cette victoire. Ils avaient notre numéro.»

Tenir le coup

Le match pour le bronze oppose nos représentants à l’équipe de la République Tchèque, qui a perdu sa demi-finale contre l’équipe hôtesse. Giroux et Morin marquent les deux premiers filets dans une première période endiablée qui se termine 3-1. Les joueurs trifluviens se démarquent encore en deuxième alors que Giroux marque sur des passes d’Asselin et Morin. Cependant les Tchèques réduisent l’écart et la période se termine 4-3.

«On a donné tout ce que l’on pouvait.» ―Guillaume Asselin

Auger vient en relève à son homologue après le troisième but, survenu en seulement 18 tirs. Il devra affronter 16 tirs au total, dont 11 en troisième (période durant laquelle son équipe n’en effectue que quatre). Il les arrête tous avec brio pour permettre au Canada d’emporter sa 15e médaille en 16 occasions aux universiades (4-3-8). Celui qui était l’auxiliaire désigné est encensé par l’entraineur Brett Gibson: «Sébastien est un pro. Il n’a pas boudé. Il est entré dans le match à froid et a probablement gagné le match pour nous.» Le principal intéressé commente de son côté: «Je me suis préparé comme si j’allais jouer à tous les matchs et quand on m’a fait signe, j’étais prêt à sauter dans la mêlée.»

Jack Saloon A2018

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here