AGE UQTR- MALEK ARFOUI : Une étudiante impliquée

0

Zone campus poursuit ses portraits des officiers et officières de L’AGE UQTR. Notre officière de cette semaine se nomme Malek Arfaoui, vice-présidente aux affaires sociopolitiques. Cette jeune tunisienne d’origine occupe ce poste depuis juin 2022 et a depuis mené à bien plusieurs projets. Par exemple, elle a organisé le débat électoral en septembre dernier sur le campus. En deuxième année à la maîtrise en gestion de projets, elle compte terminer son mandat en apportant de nouvelles idées qui aideront les étudiantEs à prendre conscience des enjeux qui les touchent directement.

Malek Arfaoui , vice-présidente des affaires sociopolitiques crédit: journaliste

Malek Arfaoui est venue au Québec en décembre 2020. En Tunisie, son pays d’origine, elle a obtenu son baccalauréat en ingénierie mécanique avant de postuler à L’UQTR à une maitrise en ingénierie mécanique avec mémoire. Ayant terminé sa première session et ne lui restant que le mémoire, elle choisit de changer de programme pour une maîtrise en gestion de projet où elle est actuellement en deuxième année. Suite à sa maîtrise, elle souhaiterait acquérir de l’expérience de travail et terminer son mémoire pour continuer au doctorat afin de pouvoir enseigner à L’UQTR après sa diplomation.

«J’aime mieux enseigner que faire de l’ingénierie industrielle »

Malek Arfaoui

En dehors de ses activités scolaires, elle donne des cours de natation étant elle-même nageuse depuis son enfance. Elle a gagné des années d’expériences qu’elle partage gratuitement.

La rencontre avec l’Association générale des étudiants (AGE)

Elle a débuté sa session d’hiver en 2021 à distance et avait beaucoup de mal à savoir ce qui se passait sur le campus. Au départ, elle ne connaissait pas l’AGE ni les services qu’elle proposait. Ainsi, avec l’aide de ses amis et l’envie de partager un enjeu qu’elle avait rencontré en tant qu’étudiante, elle décide d’aller à L’AGE et de rencontrer le conseiller exécutif pour discuter de sa situation en tant qu’étudiante puis, elle a été intéressée à rejoindre l’association. Elle a ensuite cherché les postes disponibles et c’est avec un peu en retard qu’elle a été élue en juin au poste de vice-présidente aux affaires sociopolitiques.

Le poste de vice-présidente aux affaires sociopolitiques

En tant que vice-présidente aux affaires sociopolitiques, Malek Arfaoui représente L’AGE auprès des instances à l’externe comme par exemple l’UEQ (Union étudiante du Québec) qui fait des instances chaque quatre mois. Elle représente aussi l’UQTR dans les campagnes sociopolitiques comme lors du débat organisé en septembre. Elle s’occupe aussi des dossiers du développement durable et de l’environnement. Elle siège finalement au comité sociopolitique de l’AGE ainsi que dans d’autres comités tels que le comité de diversité et de l’inclusion. En somme, elle représente l’AGE dans les dossiers internes et externes liés aux affaires sociopolitiques. En ce moment, elle s’occupe du dossier du logement en collaboration avec d’autres vice-présidents de L’AGE.

Ses réalisations et projets en tant que vice-présidente

Pour son premier mandat, elle a priorisé le dossier des élections provinciales qui ne se déroulent qu’une fois tous les quatre ans.

«j ‘ai été chanceuse d’avoir pu être capable d’organiser un débat électoral qui a réuni quatre partis politiques qui ont répondu aux questions liées aux enjeux universitaires»

Malek Arfaoui

Suite aux élections, elle s’est concentrée sur l’environnement et le développement durable ainsi que sur le logement étudiant, des enjeux qui touchent beaucoup la communauté étudiante. Elle a aussi discuté avec l’administration de l’UQTR à propos de la modification de la loi sur la sollicitation afin de créer un espace de discussion politique sur la campus. Le tout pour que la population étudiante puisse être au courant des enjeux qui les touchent directement et qu’elle puisse soumettre aux partis politiques les dossiers prioritaires. Un tel projet mettra du temps à voir le jour, mais Malek Arfaoui se dit ouverte à toute proposition venant de l’administration. À la fin de son mandat, elle ne pourra pas se représenter, car elle finit ses études et encourage toute personne ayant les capacités adéquates de la remplacer à ce poste.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici