Carolane Beaudoin: Suivre sa voie

0
122113748_3355139044523331_6316814312961007221_o.png
La vice-présidente de l’AGE-UQTR Carolane Beaudoin. Crédit photo: Ludivine Dionnet

Zone Campus poursuit sa série de textes portant sur l’équipe de l’AGE-UQTR. Ces portraits nous permettront d’en apprendre davantage sur ses membres, mais aussi de connaître leur point de vue sur différents enjeux. Aujourd’hui, on donne la parole à la Vice-présidente aux affaires sociopolitiques, Carolane Beaudoin.

Le rôle de la V.P. aux affaires sociopolitiques est de représenter l’AGE UQTR auprès des organisations externes. Elle s’occupe des dossiers qui doivent être portés aux trois paliers de gouvernement, par exemple. La V.P. doit aussi veiller au respect du cahier des positions sociopolitiques de l’AGE et travailler à l’enrichir. De plus, elle est responsable des dossiers environnementaux sur le campus.

D’ailleurs, l’AGE UQTR ne prend pas seulement parti sur cet enjeu, mais aussi sur une multitude d’autres, comme la militarisation, l’égalité hommes-femmes, l’analphabétisme, etc. Il n’y a qu’à consulter le cahier des positions sociopolitiques pour constater que l’éventail est large.

«L’AGE représente d’abord ses membres à titre de citoyens».

-Carolane Beaudoin, vice-présidente aux affaires sociopolitiques.

«La raison de cela, c’est que l’AGE représente d’abord ses membres à titre de citoyens.ennes», nous explique Carolane Beaudoin. «Et les enjeux peuvent être très ponctuels. Ça dépend de ce qui  « pop » dans l’actualité».

La V.P. s’assure de défendre les causes qui tiennent à cœur à la population étudiante. C’est donc dans cette optique que l’AGE a organisé en septembre dernier à la Marche VERT une transition juste pour l’exigence d’une relance économique qui respecte l’environnement. En assemblée générale, l’AGE a aussi réclamé à la ville de Trois-Rivières d’accorder davantage de budget aux projets écoresponsables. Le but était aussi de rappeler à la municipalité qu’elle n’a pas encore atteint ses cibles de réduction de gaz à effet de serre.

Des mesures importantes, selon Carolane Beaudoin: «Étant proche d’eux, on voit bien que les questions environnementales préoccupent les étudiants et les étudiantes».

Inspiration familiale

Originaire de St-Alexis-des-Monts en Mauricie, Carolane Beaudoin a grandi auprès d’une famille politisée. En effet, son père est chef pompier et sa mère conseillère municipale depuis 2013.

Ce n’est qu’en deuxième année de son bac en psychologie qu’elle a commencé à s’impliquer dans le mouvement étudiant. Elle n’a plus arrêté depuis. «Je n’avais pas le temps au Cégep!»

Carolane n’a pas commencé à l’AGE directement. Elle a débuté son parcours dans l’Association des étudiants en psychologie à titre de vice présidente aux communications.

Elle a également été secrétaire aux communications à l’Association des étudiants de Michel-Sarrazin de 2016 à 2018. Cette dernière vise à défendre et promouvoir les intérêts des étudiants et étudiantes en psychologie et psychoéducation d’un point de vue social, économique, académique ainsi qu’intellectuel.

Elle commence à s’impliquer à l’AGE en 2017 à titre de responsable des communications pour le carnaval étudiant.

Vers la communication

Après de l’obtention de son baccalauréat en psychologie en 2018 – au terme d’un burnout -, Carolane décide de se réorienter définitivement vers les communications. Celle qui croyait devenir chercheuse a vu son parcours académique prendre une autre direction grâce à son expérience dans le mouvement étudiant.

«J’avais lu un article sur quelqu’un qui avait abandonné ses études de médecine parce que ce n’était pas son chemin. Ça m’a donné le courage de changer moi aussi».

La vice-présidente est visiblement passionnée par son nouveau champ d’études. «J’aime les communications, parce que ça permet de faire plein de choses différentes! On peut devenir journaliste, relationniste, etc. C’est très créatif et l’humain est toujours au centre des préoccupations».

S’engager en politique

Carolane Beaudoin terminera son baccalauréat au terme de la session d’hiver. Elle quittera donc le poste de Vice-présidente aux affaires sociopolitiques. «Je vais m’ennuyer!», répond-elle avec sincérité.

Elle ne souhaite donc pas se rendre jusqu’à à la maîtrise. Carolane Beaudoin désire plutôt s’impliquer en politique québécoise. «J’aimerais être attachée politique!»

Elle évoque un mentor pour expliquer ce choix. «C’est Frédérik Farid Borel, le conseiller à l’exécutif de l’AGE, qui m’a donné la piqûre. Nous avons eu de longues discussions qui m’ont éveillée».

Le don de soi comme motivation

La Vice-présidente est très reconnaissante envers ses années dans les associations étudiantes.

«L’implication m’a beaucoup apporté de bien. Ça m’a permis de me réorienter vers les communications… Je me suis fait des amis.es et j’ai même rencontré l’amour!»

«La plus belle chose qu’on puisse faire est de donner aux autres».

-Carolane Beaudoin

Même si Carolane avoue qu’elle le fait pour elle, la raison première de son implication est de servir autrui. «La plus belle chose qu’on puisse faire est de donner aux autres».

Un dernier droit

D’ici la fin de son mandat, la vice-présidente Beaudoin ne chômera pas. Elle compte bien faire avancer certains dossiers à l’AGE.

«J’ai déjà emmené plusieurs sujets cette année, mais j’aimerais également me pencher sur des questions de culture, de commerce local et d’inclusion».

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here