Colloque des spécialistes en enseignement: un incontournable

0
Des spécialistes de chacune des disciplines d’enseignement étaient présentEs. De gauche à droite: Charles Sleigher (agent de stage), Annie Mirandette (enseignante associée), Martin Dubois (enseignant en arts et directeur adjoint), Sacha Stoloff (professeure en éducation physique), Maude Boulanger (superviseure de stage), Sara Downs (superviseure de stage) et Karine Gauthier (superviseure de stage). Crédit: Laura Lafrance

Samedi le 30 octobre dernier a eu lieu la troisième et dernière journée de la première édition du colloque des spécialistes en enseignement.

Pour l’occasion, les participantEs, peu importe la discipline d’enseignement, se sont retrouvéEs à l’auditorium du pavillon Albert-Tessier pour assister à une table ronde multidisciplinaire sur le développement professionnel ainsi qu’à une conférence de la professeure Nancy Goyette.

Une table ronde mouvementée

Réunissant des spécialistes de l’enseignement des langues secondes, de l’éducation physique et à la santé et des arts plastiques, une table ronde sur la thématique du développement professionnel a ouvert en beauté la dernière journée du colloque. Animée par la professeure Mariane Gazaille, membre du comité organisateur et directrice du département des langues modernes et traduction, la table ronde a accueilli Charles Sleigher (agent de stage), Annie Mirandette (enseignante associée), Martin Dubois (enseignant en arts et directeur adjoint), Sacha Stoloff (professeure en éducation physique), Maude Boulanger (superviseure de stage), Sara Downs (superviseure de stage) et Karine Gauthier (superviseure de stage).

« en tant que spécialistes, Nous vivons des choses communes dans nos écoles » – alain rousseau, membre du comité organisateur

Traitant de l’insertion professionnelle et des réalités vécues par les spécialistes en enseignement, la table ronde a permis aux participantEs du colloque d’entendre des individus ayant plusieurs années d’expérience dans le domaine de l’éducation. Mme Gazaille, pétillante d’enthousiasme, a guidé la discussion grâce à des questions pertinentes qui touchaient aux préoccupations des enseignantEs novices. D’ailleurs, après environ une heure de débat enflammé, les participantEs ont pu partager leurs commentaires et leurs questionnements aux panelistes invitéEs.

Le bien-être avant tout

Pour clore le colloque en force, la professeure et chercheure Nancy Goyette, travaillant au sein du département des sciences de l’éducation de l’UQTR, a présenté une conférence axée sur l’importance du bien-être en enseignement. Faisant un survol des diverses théories du bien-être, Mme Goyette a avancé que la psychopédagogie du bien-être, « qui étudie l’impact de l’enseignement et de l’apprentissage du bienêtre », pourrait faciliter le processus identitaire des enseignantEs novices. Alliant humour et découvertes scientifiques récentes, Mme Goyette a su inspirer les futures enseignantEs présentEs pour qui certains éléments du milieu de l’enseignement peuvent parfois sembler décourageants.

« Nous sommes très heureux d’avoir atteint nos objectifs pour cette première édition » – mariane gazaille, membre du comité organisateur

Un étudiant nous mentionnait d’ailleurs que « c’est touchant de voir une personne qui se soucie réellement des enseignantEs. C’est facile, par exemple, en stage d’être tellement absorbé par ce que l’on fait qu’on finit par en oublier de penser à soi. »

« Un événement unique »

Après la conférence de Mme Goyette, le comité organisateur du colloque s’est adressé une dernière fois aux participantEs pour les remercier de leur présence, mais aussi pour leur annoncer quelques primeurs. Notamment, TrEnsForma, projet à travers duquel s’enregistre le colloque des spécialistes, qui lancera officiellement sa plateforme le 12 novembre. De plus, cette première édition ayant été un franc succès, l’organisation a annoncé qu’une deuxième édition du colloque aura lieu dans deux ans.

Cette dernière journée du colloque, ayant permis de synthétiser l’importance de se réunir en tant que spécialiste en enseignement, a donné la chance aux futures enseignantEs d’échanger sur les façons dont ils et elles concevaient leur identité professionnelle en développement, mais surtout de voir qu’ils et elles ne sont pas seulEs. Cette première édition du colloque deviendra, sans l’ombre d’un doute, un événement incontournable pour les futures enseignantEs de demain.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here