Compressions budgétaires : L’UQTR devra creuser dans son déficit

0
1047
LUITR-2019_A2019.png

Par Stéphanie Paradis, rédactrice en chef

La rectrice de l’UQTR, Nadia Ghazzali, a affirmé, lors d’un point de presse le 7 décembre dernier, être très inquiète face aux compressions budgétaires annoncées la veille par le gouvernement provincial. Au total, 124,3 millions de dollars ont été soustraits au budget initial.

Pour l’UQTR, cela représente une réduction de 5,2% de son budget initial de 97 millions de dollars. Concrètement, cela signifie 5 millions de dollars à combler d’ici le 31 mars 2013. Il s’agit, selon Mme Ghazzali, d’une situation fort préoccupante, étant donné que l’institution accuse déjà un déficit de 1,2 million.

Mme Ghazzali craint qu’il sera difficile, voire impossible, de couper ces 5 millions, et qu’ils s’additionneront au déficit actuel. Elle tente toutefois de rassurer la communauté universitaire : «Toutes les universités auront un déficit.»

La masse salariale reçoit 80% du budget, mais la rectrice n’a pas l’intention de couper dans les salaires, étant donné les engagements que représente la convention collective. Elle espère, part le fait même, que l’annonce du gouvernement ne viendra pas perturber les présentes négociations avec le Syndicat des professeurs. Le tout se déroule présentement dans le respect mutuel et Mme Ghazzali souhaite que l’ambiance reste tout aussi positive.

«Nous ne pouvons pas, comme université, hypothéquer la formation des étudiants. […] Nous ne pouvons pas toucher de façon drastique les services qu’on offre aux étudiants comme nous ne pouvons pas de façon drastique attaquer la masse salariale», affirme la rectrice.

Ann-Julie Durocher, vice-présidente aux affaires socio-politiques, a déclaré  que l’AGE s’assurera que la facture étudiante ainsi que les services étudiants ne seront aucunement touchés par la situation.

Il ne reste donc plus beaucoup de possibilités. Il faudra ainsi regarder les options de façon objective pour en ressortir la meilleure, autant pour le personnel que pour les étudiants. Le vice-recteur à l’administration, aux finances et à la vie étudiante, Cléo Marchand, avait déjà reçu le mandat, lors du point de presse, de déterminer où les coupures devraient être faites. Comme partout, il sera nécessaire de réunir le Conseil d’administration pour prendre toutes décisions.

Mme Ghazzali a souligné qu’il sera plus qu’important d’être présent au Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec en février 2013. La rencontre préparatoire, qui se tiendra les 13 et 14 décembre, sera justement le moment de rétablir les faits et de trouver une solution. Elle prédit que ce sera une rencontre très animée et que ce sera un rendez-vous à ne pas manquer.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here