COVID-19 : le fédéral se joint à la danse

0
122
COVID-19 fédéral trudeau
Crédit photo: La Presse Canadienne / Fred Chartrand

Il sort du Cottage Rideau et se dirige vers le micro installé au préalable. Au lendemain de la fermeture des frontières canado-américaines, le gouvernement canadien surprend. Alors que le gouvernement fédéral avait été discret depuis le début du COVID-19, il sort en ce 18 mars avec des mesures fiscales.

Fermeture des frontières

Alors que les frontières mondiales avaient été fermées mardi, il a fallu attendre ce mercredi pour fermer la frontière américaine. Pourquoi? Les États-Unis et le Canada sont fortement dépendants l’un de l’autre. Cela se voit rapidement en chiffres:

  • 77%: Part des exportations canadiennes allant aux États-Unis
  • 53%: Part des importations canadiennes venant des États-Unis

Ainsi, notre dépendance aux États-Unis a causé une hésitation dans la fermeture de cette frontière, ce qui s’est finalement matérialisé ce matin, le 18 mars. Or, cette fermeture des frontières nuit au commerce international, élément économique essentiel. Outre les marchandises, les travailleur.euse.s auront une mobilité réduite. Toutefois, le gouvernement fédéral s’est engagé à faire exception pour ceux-ci, qui pourront entrer, mais devront faire un isolement minimal de 14 jours. C’est au grand soulagement des producteurs agricoles qui vivent en grande partie grâce aux travailleur.euse.s étranger.ère.s venant aider aux récoltes.

Le fédéral entre dans le ring

Le gouvernement fédéral sort aujourd’hui avec une série de mesures afin d’aider les PME et particulier.ère.s partout au pays. Alors que le manque de mesures était déploré hier, on voit aujourd’hui une réponse rapide du gouvernement Trudeau. On prévoit en effet 27 milliards en aide directe à la population canadienne (subvention non-remboursable). Cela représente environ 3% du Produit Intérieur Brut (PIB) canadien, soit une intervention de taille inédite. Une listes de mesures en bref:

  • Aide de soins d’urgence aux gens en isolement et non-admissible à l’assurance-emploi. (900$ aux deux semaines)
  • Allocation de soutien d’urgence aux gens perdant des revenus, pigistes, travailleurs autonomes, etc. (5 milliards totaux)
  • Bonification de l’allocation pour enfant (300$ de plus par enfant au mois de Mai)
  • Subvention salariale au PME (10% des salaires, maximums applicables)
  • Congé de paiements des intérêts sur les prêts étudiants
  • Bonification du crédit de TPS (soit 300$ par personne y ayant droit)

Les deux dernières mesures seront celles ayant le plus grand impact sur les étudiant.e.s. En effet, les prêts étudiants sont un fardeau important en terminant les études, ainsi une pause sera la bienvenue en cette période d’incertitude. Du côté du crédit de TPS, la plupart des étudiant.e.s recevront une belle surprise avec une bonification de 300$ , dépendamment de leurs revenus.

Allons droit au but

Ces mesures sont les bienvenues, mais quel est le but de ces mesures? C’est simple: stimuler les dépenses des particulier.ère.s. En donnant un petit bonus, le gouvernement cherche à augmenter les dépenses des particulier.ère.s, ce qui stimulera les entreprises dans lesquelles ils et elles dépenseront, qui elles stimuleront leurs fournisseurs et ainsi de suite… Au final, cette injection est une dose d’essence dans le moteur économique.

L’impôt, ce ne sera pas pour maintenant

C’est confirmé, report des dates de remise des rapports d’impôts fédéral et provincial. Alors que le provincial a annoncé son report en premier, celui-ci s’harmonisera avec le fédéral en la matière. La nouvelle date: 1er juin. Toutefois, tout paiement d’impôt qui serait dû ne sera réclamé qu’au courant du mois de septembre et ce, sans pénalité. Le but de cette mesure consiste à donner les liquidités aux Québécois et Québécoises afin de leur permettre de faire face à l’incertitude croissante.

Est-ce assez?

Est-ce assez? Bien qu’il est assez difficile de déterminer si cela est assez, M. Clément Gignac, Vice-président principal et Économiste en chef chez Industrielle Alliance croit ce montant bien faible. Celui-ci soutient que cela constitue toutefois un bon début, mais que certaines mesures suivront certainement, c’est d’ailleurs possible de suivre le tout sur son fil d’activité LinkedIn. Du côté de Gérald Fillion, journaliste économique chez RDI, on estime que d’autres mesures devront suivre également. C’est donc à suivre, nous suivrons l’étendue des avancements pour vous.

Sources:

Perspectives Monde – UdeS http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEchangesPays?codePays=CAN

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here