David Portelance à la salle Louis-Philippe-Poisson: En toute simplicité

0
David Portelance était de passage dans la région trifluvienne pour présenter ses compositions. Photo: F.-A. Désilets-Rousseau
David Portelance était de passage dans la région trifluvienne pour présenter ses compositions. Photo: F.-A. Désilets-Rousseau

L’auteur, compositeur et interprète David Portelance était de passage dans la région trifluvienne le jeudi 7 novembre à la salle Louis-Philippe-Poisson de la Maison de la culture de Trois-Rivières. Il a interprété quelques-unes de ses chansons rendues populaires par le conteur Fred Pellerin, mais aussi de nouvelles qui se retrouveront sur son nouvel album.

Une rencontre fortuite

C’est en se présentant pieds nus sur scène au Festival de la chanson de Granby de 2003 que David Portelance a soulevé l’intérêt de Fred Pellerin. Ce dernier a trouvé la musique et les textes de Portelance très beaux et les a empruntés pour ses deux albums solos, dont Se tenir debout, Au commencement du monde, Vienne l’amour, Rentrez chez nous et Retenir le printemps. Cette reprise de chansons de la part de Fred Pellerin est probablement à la base du retour de Portelance sur la scène musicale québécoise.

Au début des années 2000, Porto, comme l’appelle son ami Fred, roulait sa bosse en jouant dans les bars et quelques salles de Montréal. Puis, un matin de 2006, le chanteur originaire de Rigaud a décidé de tout arrêter. «J’ai arrêté pendant quatre ans, dit-il, le temps de faire mon baccalauréat en enseignement du français au secondaire.» Il n’enseignera cependant pas, puisque depuis 2010, il a recommencé en force sa carrière solo, lui qui fait la première partie du spectacle de contes intitulé De peigne et de misère de son ami. «L’idée était de ne pas surcharger le spectacle de Fred», lance-t-il. Il commence donc quand les gens entrent dans la salle, mais au moment où le spectacle est supposé commencer, le conteur va le rejoindre sur scène pour le présenter au public. «Ça fonctionne très bien, dit-il en riant. Une fois son intervention faite, les gens sont beaucoup plus attentifs. Ce sont des conditions idéales pour moi, car je me retrouve devant de grandes salles combles. C’est un moyen de diffusion exceptionnel.»

«Je pars toujours d’une image authentique et du sentiment qui l’accompagne lorsque je compose. Je tente donc de recréer cette image et de la faire vivre.» – David Portelance

Spectacle intime

C’est dans la salle de style cabaret intime de la Maison de la culture que s’est produit David Portelance. Il était accompagné de Frédéric Boudreau à la basse, de Marc-André Larocque à la batterie et de Lévy Bourbonnais à l’harmonica pour entonner ses compositions personnelles de style folk et country, dont À mon tour et Le Coureur. Toutefois, c’est lorsqu’il a joué les airs empruntés par Fred Pellerin qu’il a saisi et fait applaudir le plus l’auditoire, notamment lors des chansons Se tenir debout et Au commencement du monde. Une nouvelle composition qui parle de l’amitié entre gars était aussi fort émouvante. En somme, ses chansons de style ballade ont été les moments forts du spectacle.

Projet d’album

Artiste émergeant, David Portelance est un incontournable de la relève musicale québécoise, surtout pour la profondeur et la densité de ses textes. «Je pars toujours d’une image authentique et du sentiment qui l’accompagne lorsque je compose, dit-il. Je tente donc de recréer cette image et de la faire vivre.» Cette manière de composer donne lieu à des textes poétiques et sensibles. Un projet d’album est dans les airs et il devrait se concrétiser en mars ou en avril 2014. Toutefois, il est difficile de savoir quelles chansons se retrouveront sur ce disque.

Pour se tenir au courant des activités artistiques de David Portelance, vous pouvez consulter son site web au www.davidportelance.com.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here