Débat électoral : les candidats s’arrêtent à l’UQTR

0
32
LUITR-2019_A2019.png
débat électoral uqtr
De gauche à droite : Valérie Renaud-Martin, Parti libéral du Canada (PLC), Marie Duplessis, Parti vert du Canada (PVC), Yves Lévesque, Parti conservateur du Canada (PCC), Robert Aubin, Nouveau parti démocratique (NPD) et Louise Charbonneau, du Bloc québécois (BQ). Crédit : Maad Chaara

L’AGE UQTR a organisé, le mardi 1er octobre, un débat électoral au local 1012 de la pavillon de la vie étudiante. Ce débat a été l’occasion pour la communauté universitaire de découvrir, de près, les programmes électoraux des principaux partis. Les candidat.e.s de la circonscription de Trois-Rivières ont débattu de l’environnement, de l’économie, de l’éducation et des enjeux sociaux.

L’événement a été animé par l’AGE UQTR avec la participation des candidat.e.s : Robert Aubin, Nouveau parti démocratique (NPD) ; Louise Charbonneau, du Bloc québécois (BQ) ; Marie Duplessis, Parti vert du Canada (PVC) ; Yves Lévesque, Parti conservateur du Canada (PCC) et Valérie Renaud-Martin, Parti libéral du Canada (PLC).

Ainsi, le thème de l’environnement a permis aux invité.e.s de l’université d’interagir avec les quelques dizaines d’étudiant.e.s présent.e.s dans la salle, et présenter leurs promesses électorales, notamment concernant la gestion de la crise climatique et l’exploitation des énergies fossiles. La question de l’accord CETA (l’accord économique et commercial global) entre le Canada et l’Union Européenne a été vu, par les candidats Lévesque et Aubin, comme une raison supplémentaire pour privilégier l’économie locale et pour consommer moins.

Les candidats de la circonscription de Trois-Rivières ont débattu de l’environnement, de l’économie, de l’éducation et des enjeux sociaux.

De son côté, la candidate libérale a qualifié le problème des géants GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) de «complexe», mais elle a mentionné, en abordant le thème économique, que le parti au pouvoir s’engage à taxer ces géants pour une nouvelle redistribution des gains sur le web. Tandis que la candidate Charbonneau a estimé que les Libéraux auraient dû agir bien avant, et elle a proposé la création d’un fonds des médias écrits afin d’aider les journaux locaux à survire et faire face à la rareté des ressources financières.

Ce volet économique a été aussi consacré à la question des impôts. L’intervention du candidat bloquiste s’est arrêtée sur l’importance de parler d’une déclaration de revenus unique, contrairement aux deux déclarations fiscales à remplir au Québec.

Le thème de l’éducation s’est focalisé sur les programmes éducatifs destinés aux premières nations et sur l’accès aux études postsecondaires. Ainsi, le candidat Lévesque a souligné que pour protéger la culture des premières nations, il faut s’asseoir avec eux afin de bien définir les obstacles qu’ils affrontent et de proposer des solutions proches de leur réalité. De sa part, Aubin a déclaré que l’objectif de son parti est de rendre la scolarité gratuite, et pour y arriver, il faut commencer par annuler le taux d’intérêt des prêts étudiants.

Finalement, le thème social est revenu, notamment sur la loi 21 (la loi sur la laïcité adoptée par le gouvernement du Québec). À ce propos, la candidate du Parti Vert a rappelé qu’il s’agit d’un enjeu provincial et que la marge de manœuvre d’Ottawa est limitée. La question de l’équité salariale a figuré sur l’ordre du jour de ce débat, qui vient à la mi-campagne des élections fédérales prévues le 21 octobre, là où Renaud-Martin a cité le travail du gouvernement fédéral à travers ce qu’elle a appelé « le projet de loi historique sur l’équité salariale ».

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here