Des applis pour prévenir les agressions à caractère sexuel

0
Toujours absentes du paysage numérique franco-québécois, les applications offrant des services de prévention et de renforcement aux victimes de violences à caractère sexuel ont fait leur apparition dans les dernières années sur la scène internationale, notamment dans les milieux universitaires.

Par Alex Dorval, rédacteur en chef de La Gazette de la Mauricie

Les 190 recommandations du rapport du Comité d’experts sur l’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale (Rebâtir la confiance) visent entre autres à insuffler davantage d’intelligence émotionnelle et d’empathie envers les victimes dans les rouages du système de justice québécois. D’autre part, des applications proposent quant à elles de faire intervenir les avancées technologiques et l’intelligence artificielle dans la prévention des crimes de nature sexuelle et le renforcement des victimes.

Plus d’intelligence émotionnelle… et artificielle

Toujours quasi absentes du paysage numérique québécois (voir plus bas la jeune entreprise montréalaise Botler AI), les applications offrant des services aux victimes de violences à caractère sexuel ont fait leur apparition dans les dernières années sur la scène canadienne et internationale, notamment dans les milieux universitaires.

Les premières initiatives seraient nées en Inde (Safecity/Omdena, Savdhaan app) pour lutter contre une montée fulgurante des cas de . Ces applications utilisent la cartographie pour identifier des routes et zones à risques où des actes de violence à caractère sexuel ont été rapportés par les usagers et usagères de la plateforme. Mais des applications qui vont plus loin dans l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) ont émergé plus récemment.

Pour lire la suite de l’article, clique ici!

Cet article fait partie d’un partenariat entre le Zone Campus et La Gazette de la Mauricie. Chaque mois, lisez l’article que nous partage La Gazette, et lisez sur le site web et dans la version papier en kiosque notre article dans leur journal! (Gagnant-gagnant, vous ne trouvez pas?)

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here