#dontbesad de Claudya : c’est triste et c’est beau

0
122113748_3355139044523331_6316814312961007221_o.png
claudya
La pochette de « #dontbesad ». Photo : Étienne Boisvert.
Graphisme : Guillaume P. Trépanier.

Claudya est une auteure-compositrice-interprète de Trois-Rivières qui vient de sortir son premier EP, titré «#dontbesad» et paru sur Bandcamp le 24 octobre dernier. Influencée par le rock, la pop et le folk d’aujourd’hui, sa musique envoutante et sa voix fragile vous feront planer et vivre une foule d’émotions.

Un EP qui ne laisse pas de marbre

Ce court album de 5 chansons débute tout en lenteur avec «Warning», une chanson mélancolique qui dictera le rythme des prochaines 19 minutes. La voix de Claudya est mise en avant-plan du début à la fin alors qu’on sent que la présence des instruments sert davantage à accompagner les mots de la jeune artiste.

Il est difficile de rester de marbre en écoutant la deuxième chanson, «Beautiful», alors que Claudya prononce les mots suivants : « Why can’t you stay with me? I’ll try my best to make you feel happy“. Quiconque a vécu une peine d’amour pourra se sentir interpeléE par ces paroles.

L’inspiration derrière la création

D’ailleurs, lorsqu’elle est questionnée sur ce qui l’inspire, Claudya mentionne d’abord ses anciennes relations amoureuses, mais aussi les autres épreuves de la vie. Elle ajoute que la musique lui permet d’extérioriser ses émotions et il est facile d’en témoigner lors de l’écoute de cet EP. La grande force de Claudya est certainement de faire vivre des émotions vraies et puissantes par sa magnifique voix. Son talent est indéniable et ses prouesses vocales sont impressionnantes.

Le morceau All I Wanna Do de Claudya.

L’expérience musicale se poursuit avec «What I Got» et «All I Wanna Do», la première étant un peu moins marquante tandis que la seconde nous transporte dans une ambiance rétro des années 80. La solitude et la tristesse se font ressentir dans tous les aspects de cette chanson. Le couplet monte en crescendo jusqu’au refrain qui vous donnera probablement quelques frissons.

L’album se termine avec «Stop» dans une ambiance plus jazzy et turbulente. Alors que la tristesse semblait davantage au cœur des quatre titres précédents, on sent la colère de l’auteure-compositrice-interprète et ce, particulièrement sur ces derniers mots : «I had enough, I had too much, now stop!».

Un futur musical qui promet

Quelles que soient les intentions de Claudya pour le futur, il semble évident qu’elle pourrait avoir une belle carrière musicale. Ses chansons, toutes en anglais, pourraient facilement transcender les frontières du Québec et du Canada. Qu’importe ce qui l’attend dans le futur, force est de constater qu’il s’agit d’une première parution musicale très réussie. Claudya sonne comme une vétérane du milieu alors qu’il ne s’agit pourtant que d’un début pour elle. C’est prometteur.

Vous pouvez écouter «#dontbesad» sur la page Bandcamp de Claudya.

Articles récents

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here