Élections AGE UQTR: Présentation des candidats et bilan de la campagne

0
Publicité
Les candidats lors du débat du 24 mars dernier. Absent de la photo: Karim Laroussi. Photo: S. Paradis
Les candidats lors du débat du 24 mars dernier. Absent de la photo: Karim Laroussi. Photo: S. Paradis

Le 28 mars dernier, les nouveaux élus aux postes du conseil exécutif ont été présentés à la Chasse Galerie. Les étudiants étaient invités au dévoilement des résultats du vote.

Le nouveau conseil exécutif de l’AGE se compose de Mathieu Roy à la présidence, qui a été élu avec 82% des voix, Christian Jr Bourdon aux finances et développement avec 90% des voix, Robin Fournier à la vie associative et à l’environnement avec 50% des voix, William Lamontagne aux affaires académiques de 1er cycle avec 91% des voix, Karim Laroussi aux affaires académiques des cycles supérieurs avec 74% des voix, Alex Brisebois-Proulx aux affaires sociopolitiques avec 85% des voix et Cathy Simon aux communications avec 90% des voix. Le nouveau conseil exécutif entrera officiellement en fonction à partir du 1er mai 2014.

Bilan de campagne

Jason Kemp, directeur général des élections de cette année, se dit particulièrement déçu de la campagne électorale. Le taux de participation, qui a été très bas, montre selon lui que soit les gens ne s’intéressent pas du tout à la vie étudiante, soit qu’ils ne savent tout simplement pas à quoi sert l’AGE UQTR. Avec seulement 886 étudiants sur environ 10 000 qui ont utilisé leur droit de vote, soit un taux d’environ 8%, Monsieur Kemp considère qu’il y a du travail à faire pour redorer l’image de l’AGE. «Pendant la période de vote, les membres du comité et moi nous sommes promenés avec des tablettes à la cafétéria et un peu partout dans l’université pour inciter les gens à voter. Plusieurs personnes nous ont demandé ce qu’était l’AGE et n’étaient pas au courant qu’il y avait des élections», explique-t-il. Selon lui, il y a un gros travail de terrain à faire auprès des étudiants. «Tant que les membres du conseil d’administration et du conseil exécutif ne le feront pas, la situation ne changera pas, croit-il. Nous avons fait une campagne de publicité accrocheuse, nous avons fait faire deux bannières et, malgré tout, les résultats ne sont pas meilleurs. Rendu là, je crois que nous ne pouvons plus faire grand-chose de plus.»

Le directeur général déplore aussi le fait que les candidats n’aient pas fait de campagne électorale plus accrocheuse. Comme la plupart des candidats étaient seuls à se présenter à chacun des postes, il croit que ceux-ci n’ont pas ressenti le besoin de faire une campagne plus active, puisqu’il n’y avait pas de compétition. Il croit donc que, lorsque plusieurs personnes vont se présenter aux postes offerts, la visibilité de l’AGE UQTR sera plus grande pendant les élections.

Monsieur Kemp considère que le vote électronique est encore la meilleure manière de voter. Cependant, il croit que changer la façon dont ce sera fait pourrait être envisageable, car le comité électoral a reçu plusieurs commentaires de la part d’étudiants qui n’avaient aucune idée de l’endroit où aller voter sur le portail étudiant. Trouver un moyen de rendre plus visible l’endroit où cliquer pour effectuer son vote serait selon lui une option à prendre en compte.

Postes à pourvoir

Au terme des élections, il reste toujours deux postes vacants au sein du conseil exécutif, soit celui de secrétaire général et celui de vice-président aux affaires socioculturelles. Toutes les personnes intéressées ont jusqu’au 18 avril pour aller porter leur candidature au bureau du secrétariat général dans le pavillon à la vie étudiante. L’élection aura lieu le 27 avril lors du conseil d’administration de l’association. La description des tâches pour ces deux postes sont disponibles sur le site de l’AGE UQTR au www.ageuqtr.org.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici