Entre les deux pôles : Mentor et élève: l’échange de la confiance et de la passion

0

Peut-être avez-vous déjà rencontré une personne qui a eu une influence particulièrement significative dans un domaine personnel, professionnel ou social de votre vie. Un homme ou une femme passionné par ses occupations, par ses loisirs ou par les gens en général. La passion, contagieuse, vous a été transmise par cette personne, et vous éprouvez une grande reconnaissance pour cette dernière.

Le mentor, de sexe masculin ou féminin, peut être n’importe qui: un grand-père ou une grand-mère, un oncle ou une tante, un collègue de travail ou un supérieur, un partenaire sportif ou artistique, et même un personnage public (ex.: athlète, acteur, chanteur, écrivain, etc.). Le mentor est une figure significative, venant de l’extérieur du lien parent-enfant. Cette description du mentor pourrait faire l’objet de débats, si certaines personnes affirment au contraire l’inclusion des parents dans la définition.

Le mentor peut être une source d’inspiration, vous amenant à vous y référer lors de moments particuliers (ex.: épreuves, réussites, questions, conseils, etc.). Il est également possible de vouloir suivre ses traces. Le respect pour cette personne est habituellement inconditionnel de la part de l’élève et l’est aussi «idéalement» entre les deux. Il est possible que le mentor soit connu (réellement) ou pas du sujet plus jeune. Toutefois, une chose est indispensable à la relation de mentorat: le désir de transmission.

C’est aussi une intention de former ou préparer une nouvelle génération, en étant une représentation de «don du flambeau». La relève, en d’autres mots. Ensuite, avec le temps, il est possible que l’élève devienne lui-même un mentor à son tour, grâce à son expérience.

La relation entre mentor et plus jeune est caractérisée par la réciprocité dans les échanges, par le désir de découvrir, d’apprendre, de s’améliorer, d’écouter et d’échanger. Du côté du mentor, on retrouve plutôt le désir d’enseigner et d’accompagner. Ce dernier est habituellement expérimenté et partage son expérience à l’élève. Il peut être sévère ou critique, toutefois il reste quand même juste. Cet équilibre peut être stimulant et inspirant pour l’élève, qui sera ensuite tenté de persévérer dans les projets et face à l’adversité. Alors, le lien de confiance est ce qu’il y a de plus fondamental dans cette relation, puisqu’il peut être favorablement intact et entier.

Dans la relation entre mentor et élève, la confiance sera partagée dans les deux sens et augmentera proportionnellement à la qualité du lien, qu’il soit personnel ou professionnel. Ceci résulte donc en quelque chose de nourrissant et d’épanouissant. Un mentor peut être le substitut d’un parent «absent» ou «inadéquat», en ayant un impact positif tout aussi important dans la vie d’une personne. Il peut faire une différence entre l’espoir et le désespoir. Le mentor peut aider son élève en étant disponible et présent pour celui-ci, en lui enseignant les trucs d’une discipline, en lui donnant des conseils concernant le fonctionnement d’un système, ou en lui partageant ses histoires personnelles dans le but de le soutenir ou de le rassurer face aux difficultés.

Un mentor peut être le substitut d’un parent «absent» ou «inadéquat», en ayant un impact positif tout aussi important dans la vie d’une personne.

Il est possible qu’une relation entre mentor et élève ne dure pas éternellement dans les faits, ou même qu’elle se termine par une rupture. Toutefois, malgré les désaccords, ce type de relation reste quand même toujours dans le temps en raison de sa charge émotionnelle et de sa signification particulière. Il n’est pas possible d’effacer et d’oublier les mémoires et souvenirs qui y sont associés, ou d’en devenir complètement indifférent. Beaucoup de films et d’histoires ont été basées sur cette base solide de scénario.

Le mentor est l’entraineur sportif qui vous a fait confiance, l’enseignant(e) à l’école secondaire qui a cru en vous, l’artiste qui vous a accompagné dans votre art, le psychoéducateur qui vous a soutenu lorsque vous en aviez besoin, le général ou le capitaine dans l’armée en qui vous aviez complètement confiance lors de vos missions et avec qui le sentiment était partagé, la gardienne qui s’occupait de vous lors de votre enfance, le maitre des arts-martiaux qui vous a enseigné une discipline, et bien plus d’exemples à votre couleur pourraient venir s’ajouter à cette liste.

Dans la relation mentor-élève, c’est la relation affective du père spirituel, de la mère spirituelle, du fils spirituel ou de la fille spirituelle qui est en jeu et qui peut être alimentée. Le deuil du décès d’un mentor peut être tout aussi important, ou sinon davantage, que le deuil d’un parent. Le mentor, ayant été une figure bienveillante, a toujours eu une place significative aux yeux de l’élève. Source d’accueil, de sagesse, de justice, de disponibilité, de loyauté, de fierté, de respect et de patience. Pour le plus jeune, le mentor est considéré comme un «membre de sa famille proche», car symboliquement, c’est ce qu’il représente. Si vous avez un mentor, il est fort probable que vous ayez pensé à lui ou à elle tout en lisant ce texte. Ayons une pensée honorifique pour ces personnes.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici